Eurotunnel cherche un repreneur pour son activité maritime MyFerryLink

le 09/01/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Eurotunnel tire les conséquences de la décision confirmée par une cour arbitrale de la Competition and Markets Authority (CMA), l'autorité de la concurrence britannique, d'interdire dans un délai de 6 mois l'activité de MyFerryLink. L'exploitant du tunnel sous la manche met en vente sa société de ferries trans-Manche, qui avait été construite sur les actifs de l'ex SeaFrance en 2012. L'exploitation des quatre navires de la société avait été confiée à la SCOP SeaFrance. La CMA avait été saisie par les concurrents de MyFerryLink. Eurotunnel juge la décision de l'autorité et du tribunal arbitral «illogique» car «elle réduit la concurrence sur le détroit et porte atteinte à la liberté d’entreprendre».

A lire aussi