Le Gifas s'inquiète pour la rentabilité des équipementiers aéronautiques

le 08/01/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

La rapide montée en cadence de production du moteur LEAP développé par CFM, coentreprise entre Safran et General Electric, risque de poser des problèmes de rentabilité pour les fournisseurs, a estimé jeudi le groupement des industriels de l'aérospatiale (Gifas). CFM prévoit de produire une trentaine de moteurs LEAP en 2015, environ 150 en 2016, puis environ 500 en 2017, avant d'atteindre 1.800 pièces en 2019, remplaçant ainsi quasiment totalement l'actuel CFM56, le moteur d'avion le plus vendu au monde. Les équipementiers vont devoir recréer une capacité technologique entièrement nouvelle en 18 mois, alors que le CFM56 a mis 15 ans pour arriver à son rythme actuel de plus de 1.500 moteurs produits par an, a souligné Emmanuel Viellard, président du groupe des équipementiers du Gifas.

«Si vous faites un 'business plan' en cloche, c'est très compliqué de trouver de la rentabilité dans le futur», a-t-il expliqué, ce qui risque de tendre les situations de trésorerie des sous-traitants. «Je n'ai pas envie que l'ensemble des équipementiers se retrouvent dans la situation de Latécoère» a-t-il précisé à Reuters.

A lire aussi