L'OCDE lève le voile sur l'ampleur de la corruption transnationale

le 02/12/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Photo :Fotolia

La plupart des pots-de-vin versés à l’échelon international le sont par de grandes entreprises, généralement au su de leurs dirigeants, selon une nouvelle étude de l’OCDE publiée mardi et analysant le coût de la corruption transnationale. Dans les affaires analysées, les pots-de-vin versés ont représenté en moyenne 10,9% de lavaleur totale de la transaction concernée et 34,5% des bénéfices découlant de celle-ci, soit 13,8 millions de dollars en moyenne. «Compte tenu de la complexité et de la nature occulte des transactions entachées de corruption, ces chiffres ne constituent assurément que le sommet de l’iceberg», selon l’OCDE.

Le rapport analyse plus de 400 affaires survenues dans le monde entier entre 1999 et juin 2014, impliquant des personnes morales ou physiques de 41 pays ayant signé la Convention anticorruption de l’OCDE et qui se sont livrées à la corruption d’agents publics étrangers. Près des deux tiers d’entre elles sont survenues dans quatre secteurs seulement: les industries extractives (19%), la construction (15%), le transport et l’entreposage (15%) et le secteur de l’information et de la communication (10%). «Dans 41% des affaires, des membres de la direction de l’entreprise ont versé le pot-de-vin ou en ont autorisé le paiement et dans 12% d’entre elles, le PDG de l’entreprise lui- même a été impliqué», relève l'organisation.

A lire aussi