Accroc juridique autour de l'aéroport de Toulouse

le 13/11/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Selon le quotidien, l'offre la mieux-disante pour la privatisation de l'aéroport de Toulouse, déposée par un consortium chinois avec le canadien SNC-Lavalin, souffrirait d'une faiblesse juridique. Le groupe canadien fait en effet l'objet d'accusations de fraude et de corruption dans l'octroi d'un contrat au Bangladesh, ce qui pourrait lui interdire de soumissionner en appel d'offres d'Etat. L'Agence des participations de l'Etat entend se donner du temps afin de conduire une étude juridique de l'offre. La proposition du groupement sino-canadien s'élèverait à 300 millions d'euros, d'après la presse locale.

A lire aussi