La privatisation d'Eni et d'Enel n’est pas prioritaire

le 03/09/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Le gouvernement italien compte mener à bien son programme de privatisations de 11 milliards d’euros mais ne considère pas comme prioritaire la vente des parts de l'Etat dans les groupes énergétiques Eni et Enel, déclare le président du Conseil Matteo Renzi dans une interview publiée mercredi par le quotidien Il Sole 24 Ore. Il indique par ailleurs avoir un objectif de réduction des dépenses publiques de 20 milliards d'euros l'an prochain.

A lire aussi