Loxam accroît la part de l'obligataire dans sa dette

le 16/07/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le loueur de matériel professionnel doit mettre à prix vendredi pour 660 millions d'euros d'obligations qui refinanceront en partie un crédit syndiqué

Loxam poursuit le rééquilibrage de son bilan. Le numéro un français de la location de matériel pour les professionnels a lancé hier l’émission d’un emprunt obligataire de 660 millions d’euros au total. Ses présentations aux investisseurs se poursuivront jusqu’à demain. Deutsche Bank dirige le placement, accompagné de BNP Paribas, Credit Suisse, CA CIB, Natixis et la Société Générale. La mise à prix est attendue vendredi, de sources de marché.

Le placement est structuré en deux tranches: l’une, senior, de 400 millions d’euros à 7 ans, l’autre, subordonnée, de 260 millions à 8 ans. Les deux sont assorties de clauses qui permettent un remboursement anticipé au bout de 3 ans.

Avant que la fenêtre du marché high yield ne se ferme pour les vacances, Loxam s’apprête ainsi à refinancer sa dette existante en accroissant la part des obligations dans son bilan. Noté BB- par Standard & Poor’s, le groupe devrait ainsi gagner en flexibilité en raison de l’absence de clauses restrictives (covenants) attachées à la nouvelle dette. Contrôlé par son dirigeant avec les fonds 3i et Pragma Capital en investisseurs minoritaires, Loxam est déjà présent sur le marché obligataire depuis janvier 2013. La société avait émis 300 millions d’euros de titres subordonnés de maturité 2020 à un coupon de 7,375%. A fin mars, l’entreprise avait aussi 211 millions d’euros d'un crédit syndiqué amortissable jusqu’en 2016, qui va être refinancé par la tranche senior. Des lignes de crédit bilatérales de 395 millions, des contrats de leasing de 102 millions et une facilité renouvelable non tirée de 75 millions complètent la dette actuelle.

Pénalisé par le plongeon de la construction en France, et malgré l’apport de ses autres marchés européens, Loxam a enregistré l’an dernier un recul de ses revenus, à 805 millions d’euros (-3% sur un an), et de son Ebitda ajusté, à 245 millions (-11%). A 30%, la marge est tombée sous les 32% pour la première fois depuis 2005, et le levier de dette nette est remonté de 2,8 à 3,4 fois l’Ebitda. «Loxam a un très bon historique de prévision et de gestion du cycle inhérent au caractère de la construction», rappelaient les analystes crédit de SG CIB lors du précédent emprunt obligataire de la société. En 2009, le loueur avait été capable de dégager plus de 33% de marge en coupant tous ses investissements et en réduisant son effectif.

A lire aussi