Steria et Sopra cherchent à combler leur handicap de taille

le 08/04/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le projet de rapprochement amical entre les deux SSII vise à mieux concurrencer les poids lourds du secteur sur un marché domestique en stagnation

Plus de trois ans après l’apparition des premières rumeurs de fusion entre Steria et Sopra, les deux SSII françaises sont désormais sur le point de concrétiser leur rapprochement, selon plusieurs sources concordantes. «Il y a des discussions très avancées sur un rapprochement amical, entre égaux, entre les deux sociétés», rapportait ainsi en premier l'AFP.

Les deux titres ont d’ailleurs été suspendus lundi matin à la demande de ces sociétés. «On est sur un projet qui résulte de six mois de travaux communs (...) et qui a un sens important en termes de complémentarité d'offres et de géographies», ajoutait Reuters de source proche du dossier, en soulignant que les conseils d’administration devaient se réunir dans la journée hier afin d’entériner la décision.

Une fusion entre égaux donnerait naissance à un nouveau géant français du secteur, la taille critique étant devenue un facteur clé de succès face aux mastodontes américains ou indiens, sur un marché français qui a stagné l'an dernier. En se fondant sur le bilan de l’exercice 2013, le chiffre d’affaires de l’entité combinée atteindrait 3,1 milliards d'euros (1,8 milliard pour Steria et 1,3 milliard pour Sopra). Sur ce critère, le nouveau groupe se hisserait au troisième rang en France, derrière IBM et Capgemini mais devant Atos, indique Vincent Gelineau, chargé du marché et des services chez Pierre Audoin Consultants. Bien que les ventes de Steria aient été plus importantes que celles de son concurrent, son bénéfice net, grevé par des éléments exceptionnels, a chuté de 75% à 8,9 millions d'euros, alors que celui de Sopra enregistrait une hausse de 28,4% à 71,4 millions.

S’il est mené à bien, ce rapprochement va prolonger et amplifier un mouvement largement amorcé l’an dernier, comme le montre le baromètre des M&A du secteur IT récemment publié par le cabinet ATM. Le chiffre d’affaires ayant fait l’objet d’opérations de fusions et acquisitions sur le marché français des SSII a atteint 1,65 milliard d’euros en 2013, en progression de 106% d’un an sur l’autre. Ce chiffre record dépasse le niveau enregistré en 2005, année au cours de laquelle Unilog avait été racheté par le britannique Logica. La transaction la plus marquante en 2013 a été l’acquisition d’Osiatis par le belge Econocom.

Le nombre d’opérations a également progressé, avec 70 cessions constatées en 2013 contre 64 au cours de l’année précédente.

Indicateurs du secteur des SSII
ZOOM
Indicateurs du secteur des SSII

A lire aussi