Numericable s'envole en Bourse grâce au rachat de SFR

le 07/04/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

photo : bloomberg

L'action Numericable progresse de près de 14% lundi midi et a gagné jusqu'à 17,3% en matinée, après que Vivendi a annoncé ce week-end son choix de lui céder SFR. Altice, la holding de Patrick Drahi, actionnaire de Numericable, progresse de 8,5%. Candidat malheureux au rachat de l'opérateur mobile, Bouygues cède 5,5%. Selon les analystes de la Société Générale, Bouygues Telecom va continuer à souffrir la concurrence sur les prix du mobile, de sa taille insuffisante dans le haut débit et de sa trésorerie négative. «Martin Bouygues n'a guère d'autre choix que de négocier une cession ou une fusion de Bouygues Telecom avec Iliad», estiment-ils.

Après avoir été retenu par Vivendi pour le rachat de sa filiale SFR, Numericable a annoncé dimanche son intention de lancer une augmentation de capital de 4,7 milliards d'euros, avec un recours à un endettement de 8,8 milliards d'euros. Actionnaires historiques du câblo-opérateur, les fonds Cinven et Carlyle, qui détiennent 34,6% à eux deux, vont vendre 14% du capital à Altice pour 30,5 euros l'action et échanger les titres restants en actions Altice à raison de 1 titre Numericable pour 0,97 action Altice.

Le fonds Cinven a précisé avoir dégagé un taux de rendement interne (TRI) de 160% et une plus-value de plus de 1,5 milliard d'euros sur son investissement dans Numericable grâce à l'introduction en Bourse en novembre 2013, puis la cession de sa participation à sa maison mère Altice.

De son côté, dans un entretien aux Echos, le président du conseil de surveillance, Jean-René Fourtou, a justifié le choix du groupe par des questions de concurrence : «Dans le cas d'un mariage entre Bouygues et SFR, on se serait retrouvé avec une société en décroissance face à un concurrent surarmé, Free. Les risques d’exécution d’un tel projet étaient vraiment trop importants.»

A lire aussi