Le flottant de Rexel dépasse les 90% après un nouveau placement de Ray Investment

le 04/04/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le consortium a cédé 9,5% du capital du distributeur de matériel électrique au prix unitaire de 18,85 euros. Eurazeo détient encore 7% des actions

Plus forte baisse du SBF 120, Rexel cédait hier 2,34% à 18,95 euros après le placement de 9,5% de son capital pour 500 millions d’euros. Le consortium Ray Investment – regroupant Eurazeo, Clayton Dubilier & Rice, et la Caisse de dépôt et placement du Québec – a cédé un bloc de 26,9 millions de titres, au prix unitaire de 18,85 euros, soit plus de 507 millions d’euros, dans le cadre d’un placement accéléré auprès d’investisseurs institutionnels, a précisé hier Eurazeo dans un communiqué. Au titre de sa quote-part, Eurazeo empochera 105 millions d’euros.

L’opération s’est réalisée avec une décote limitée de 2,9% par rapport au cours de la veille. Goldman Sachs et UBS dirigeaient le placement.

A l’issue de cette opération, la participation de Ray Investissement dans Rexel tombera autour de 7%, tandis qu’Eurazeo ne détiendra plus indirectement que 7% contre 9,1% auparavant. En effet, après le désengagement de ses partenaires, Eurazeo est désormais le seul actionnaire de Ray Investment. Si ce dernier s’engage à ne pas vendre d’autres titres dans les trois mois, il devrait néanmoins vraisemblablement sortir complètement à moyen terme. Le mois dernier, Eurazeo avait prévenu le marché qu’il n’écartait pas de nouvelles cessions cette année pour poursuivre la rotation de son portefeuille de participations.

Entré au capital de Rexel en mars 2005, Ray Investment a effectué plusieurs placements depuis le premier de 11,2% à 15,75 euros par action en mars 2012. L’an dernier, le fonds a placé 14,7% à 16 euros en février, 10% à 17,35 euros en juin, 10% à 18,25 euros en août, et 7% à 17,9 euros en décembre 2013.

Le flottant de Rexel dépasse maintenant les 90%, ce qui pourrait accentuer l’aspect spéculatif de la valeur. Toutefois, le distributeur de matériel électrique pourrait également se poser en prédateur. En novembre 2013, le groupe avait annoncé son intention de dépenser 500 millions d’euros par an en croissance externe.

Ainsi, Exane BNP Paribas tablait le mois dernier sur l’acquisition du distributeur américain de produits de réseaux et de câbles Anixter, qui permettrait à Rexel de doubler sa part de marché aux Etats-Unis. Mais Rexel viendrait de renoncer à ce projet en raison des exigences financières d’Anixter, selon Bloomberg. Il aurait proposé 110 dollars par action, soit une valorisation de 3,6 milliards, alors qu’Anixter attendait 115 dollars (3,75 milliards).

A lire aussi