Geci espère échapper à la liquidation en vendant son ingénierie à Alten

le 29/11/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Ces actifs auraient été cédés pour 6,5 millions d'euros. Le produit servira à rembourser les créanciers, dont l'Etat

Geci International sauve ce qui peut encore l’être. Le groupe d’aéronautique va vendre à Alten son pôle d'ingénierie. Il emploie environ 650 personnes en France, en Allemagne, en Espagne et en Roumanie, principalement pour des missions auprès de groupes d’aéronautique (EADS, Dassault Aviation, Safran…). Ce pôle devrait réaliser, selon Alten, un chiffre d’affaires d’environ 48 millions d’euros lors de la clôture de son exercice en mars 2014. Les modalités de la transaction ne sont pas communiquées.

Selon le journal L’Est républicain, Alten aurait versé un total de 6,5 millions d’euros pour ces actifs, dont 1,5 million pour la reprise des licences du logiciel Catia de Dassault Systèmes. Le groupe assumerait également 16 millions d’euros de dettes fiscales et sociales.

«La conclusion de cette opération de cession dans un cadre in bonis devrait permettre aux sociétés Geci International et Geci Systèmes d’échapper à l’ouverture d’une procédure de liquidation judiciaire», espère le groupe Geci. Cette issue reste toutefois conditionnelle. Une grande partie du produit de la vente risque en effet de revenir aux créanciers de la société. L’Etat, qui soutient l’offre de reprise d’Alten, pourrait ainsi récupérer 1,2 million d’euros de créances fiscales.

Selon L’Est républicain, la somme devrait également servir à payer les honoraires des avocats ou des commissaires aux comptes ainsi que des retards de loyers. Le conseil régional de Moselle, qui a déjà opéré des saisies sur les comptes de Geci pour tenter de récupérer une partie des 21 millions d’euros d’avances publiques remboursables englouties dans le projet d’avion Skylander développé par Geci, aurait accepté de suspendre sa procédure.

La reprise des activités d’ingénierie devrait être bouclée d’ici à la fin de l’année 2013. S'il échappe à la liquidation, Geci ressemblera à une coquille vide, privée de son principal actif rentable. Sky Aircraft, la filiale qui portait directement le projet Skylander, a été liquidée en avril 2013. Reims Aviation Industries a pour sa part été placée en redressement judiciaire en septembre. Serge Bitboul, le président de Geci, assurait encore début novembre que cette filiale faisait l’objet de cinq propositions de reprise.

A lire aussi