Tarkett vise une valorisation maximale de 2,2 milliards d’euros lors de son IPO

le 12/11/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’opération permettra à KKR, propriétaire de la société à parité avec la famille Deconinck, de céder la moitié de sa participation soit 25% du capital

Le spécialiste français des revêtements de sols Tarkett espère bien que les investisseurs dérouleront le tapis rouge pour son opération d’introduction en Bourse, projet sur lequel la société a levé le voile hier. Tarkett a en effet lancé, après avoir reçu vendredi le visa de l’AMF, l’offre à prix ouvert concernant 25% de son capital, en l’occurrence la moitié de la participation du fonds KKR International Flooring 2, propriétaire actuel de la société à parité avec la famille Deconinck. Etant donné une fourchette de prix indicative de 27,75 à 33,90 euros par action, l’opération portera sur un montant total maximum de 539,7 millions d’euros, valorisant Tarkett jusqu’à 2,165 milliards. Le prix définitif de l’offre sera déterminé le 21 novembre, veille des premières négociations à la Bourse de Paris. Une option de surallocation représentant 15% au maximum de l’offre initiale est envisagée, portant là encore sur des titres détenus par KKR.

Deutsche Bank et JPMorgan mènent l’opération en tant que coordinateurs globaux, chefs de file et teneurs de livre associés, ces deux banques étant accompagnées de Bank of America Merrill Lynch, Crédit Agricole CIB et HSBC en tant que co-chefs de file et teneurs de livre associés et de Commerzbank en qualité de chef de file associé.

«Il n'y pas de levée de fonds puisque c'est une opération qui est entièrement secondaire qui concerne la cession par KKR d'une partie de sa participation de la société. Donc pour la société, ce n'est pas une levée d'argent frais, ça ne change pas la structure financière», a ainsi précisé hier Fabrice Barthélemy, le directeur financier de Tarkett. Si l’opération offre une liquidité aux actionnaires, elle facilitera également l'accès de la société aux marchés internationaux de capitaux pour ses développements futurs. Faiblement endetté et capable d'autofinancer ses acquisitions, le groupe entend poursuivre d'ici 2016 sa stratégie de croissance externe après avoir réalisé douze acquisitions entre 2007 et 2012. Le président du directoire Michel Giannuzzi entend bien en effet confirmer la «dynamique de croissance profitable» d’un groupe «leader mondial des solutions innovantes de revêtements de sol et de surfaces sportives».

Tarkett tire parti d’un climat porteur pour les IPO. Le titre Numericable notamment a gagné 14,9% vendredi pour ses premiers en Bourse, avant de céder 3,5% hier à 27,50 euros.

A lire aussi