Richemont renonce à toute cession

le 08/11/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Le groupe de luxe suisse a décidé de ne pas vendre le maroquinier Lancel, ni aucune autre de ses filiales en difficulté, en partie parce qu'il n'a pas réussi à obtenir un bon prix. Richemont a expliqué à des analystes qu'il espérait redresser en l'espace de deux à trois ans les marques en mal de croissance, principalement implantées dans la mode et les accessoires et parmi lesquelles figurent aussi Dunhill et Montblanc.

A lire aussi