Telecom Italia va accroître sa flexibilité grâce à la scission de son réseau fixe

le 03/06/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Outre le bénéfice d’une régulation moins contraignante, l’opérateur transalpin pourra accélérer la consolidation du secteur mobile

Décidée jeudi soir par le conseil d’administration de Telecom Italia, la scission de ses actifs de téléphonie fixe, qui devrait conduire à une prise de participation de la Caisse des dépôts italienne (Cassa Depositi e Prestiti) au capital de la nouvelle entité, va fournir à l’opérateur télécoms une marge de manœuvre bienvenue pour participer à la consolidation du secteur en Italie.

Valorisés environ 14 milliards d’euros, soit 28% de plus que la capitalisation boursière actuelle du groupe, ces actifs comprennent l’ensemble de son réseau en cuivre et en fibre optique, y compris ses répartiteurs qui regroupent plusieurs abonnés au niveau de la boucle locale. Les investisseurs sont jusqu’ici restés sceptiques, en faisant baisser de 5,8% vendredi l’action du groupe sous 0,6 euro.

«La séparation du réseau va permettre progressivement une meilleure génération de trésorerie, mais elle ne changera rien au problème de l’accès au réseau», juge Alessandro Frova, professeur de finance à l’université Bocconi, située à Milan. L’ex-opérateur historique devra en effet négocier avec l’Agcom, le régulateur des télécoms italien, afin de mettre en place un système permettant à ses concurrents de conserver un accès à son réseau de transmission.

Mais en devenant tout comme ses rivaux une société de services, juridiquement indépendante, qui achète des capacités de communication, Telecom Italia devrait voir s’alléger le poids de la régulation, avec un effet positif sur ses marges. Jusqu’ici, il est contraint d’informer l’Agcom d’une nouvelle offre dans la téléphonie fixe et l’accès à internet au minimum 30 jours avant son déploiement, ceci afin de permettre à l’autorité de s’assurer que cette offre ne constitue par une distorsion de concurrence.

Chargé en avril par le conseil d’administration d’étudier un possible adossement avec H3G, filiale mobile de Hutchison Whampoa, le directeur général de Telecom Italia Franco Bernabè connaît bien l’opérateur italien pour l’avoir une première fois dirigé à la fin des années 90. Il va maintenant pouvoir passer à la vitesse supérieure, comme l’a d’ailleurs confirmé Marco Patuano, directeur général adjoint de Telecom Italia, en indiquant vendredi à la presse que ce sujet «sera examiné lors du prochain conseil d’administration», prévu le 5 juin.

A lire aussi