Publicis pâtit de la chute du marché publicitaire en Europe

le 16/04/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La croissance organique des revenus du premier trimestre a déçu les investisseurs. Sur le marché européen, les revenus baissent de 6,5%

Double surprise du côté de Publicis. Le groupe a publié hier son chiffre d’affaires du premier trimestre dans le courant de l’après-midi alors que les investisseurs ne l’attendaient qu’après-Bourse. Surtout, ses revenus d’activité se sont révélés inférieurs aux attentes. L’action a aussitôt décroché pour terminer en baisse de 5,17% à 51,56 euros, signant le plus fort repli des valeurs du CAC 40.

Le chiffre d’affaires du premier trimestre a atteint 1,56 milliard d’euros, faisant ressortir une croissance organique de 1,3% après 3,9% au quatrième trimestre 2012. L'activité a notamment été marquée par un fort ralentissement en Europe, où le groupe a enregistré un chiffre d'affaires en baisse de 6,5% en données organiques. «On s'attendait à un mauvais trimestre en Europe, on est un peu plus (en dessous) de ce que nous attendions en raison de la faiblesse des lancements et de certaines opérations, a déclaré le président du directoire de Publicis, Maurice Levy, lors d'une conférence de presse. C'est donc assez préoccupant, avec des chutes à deux décimales de tout ce qui est au sud de la Belgique».

En France, l'activité a chuté de 11% en données organiques, a précisé Maurice Levy. «Il ne faut pas s'inquiéter outre mesure de ce chiffre qui est assez spectaculaire, ça correspond en partie à des effets de base et je pense que sur l'ensemble de l'année, le chiffre en France sera plutôt négatif de l'ordre de 4% à 5%», a-t-il nuancé.

Pour l'Europe, Publicis s'attend à ce que son chiffre d'affaires en données organiques soit «plutôt négatif» cette année, mais dans une proportion moindre que celle enregistrée au premier trimestre. La croissance organique dans les pays émergents, qui pèsent pour 23,9% du chiffre d'affaires, est ressortie à 5,5% au premier trimestre. En Amérique du Nord (50% des revenus), elle atteint 4,4%. «Les Etats-Unis continuent de se porter très bien et on sent une consolidation et une certaine fermeté de la croissance», a indiqué Maurice Levy.

Pour 2013, Publicis s'attend à une croissance organique comprise entre 3,2% et 3,6% en 2013, contre 2,9% en 2012 et une croissance d'environ 3% attendue pour les agences à l'échelle mondiale. Il a également confirmé s'attendre à «une légère amélioration» de sa marge opérationnelle. Le groupe apporte des précisions sur la façon dont il compte atteindre ses objectifs de marge à long terme lors de sa réunion investisseurs prévue le 23 avril.

A lire aussi