Le marché du M&A s'emballe aux Etats-Unis

le 16/04/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La contre-offre de Dish sur Sprint Nextel confirme un bon début d'année porté par le crédit facile

Le marché des fusions-acquisitions au ralenti en Europe. Illustration L'Agefi.

En panne sèche en Europe, le marché des fusions-acquisitions connaît un début d’année flamboyant aux Etats-Unis. Alors que les volumes de transactions annoncées y ont progressé de 88% sur un an au premier trimestre selon Thomson Reuters, deux nouvelles opérations sont venues enrichir hier le pipeline. Dish Network a lancé une contre-offre à 25,5 milliards de dollars sur l’opérateur mobile Sprint Nextel, tandis que dans le secteur de la santé, Life Technologies a accepté de se vendre 13,6 milliards à Thermo Fisher Scientific.

Une conjonction de facteurs favorise la reprise des transactions de grande taille outre-Atlantique. Les perspectives économiques y restent bien meilleures qu’en Europe. La plupart des sociétés cotées sont assises sur des trésoreries pléthoriques.

Les financements sont disponibles, à la fois du côté des banques et sur les marchés obligataires où les rendements sont au plus bas, ce qui a permis à des investisseurs financiers de lancer des offres de retrait en début d’année sur Dell et Heinz. Enfin, les changements de modèle à l’œuvre dans de nombreux secteurs incitent les industriels à passer à l’offensive.

C’est le cas de Dish Network. En mettant la main sur Sprint Nextel, troisième opérateur mobile américain, le pionnier de la télévision par satellite changerait de dimension. Ses activités traditionnelles connaissent une croissance limitée, et son patron Charles Ergen cherche à se diversifier dans la téléphonie sans fil pour pouvoir proposer à ses clients une offre intégrée. Le secteur du mobile aux Etats-Unis est en pleine ébullition: hier, MetroPCS a accepté l’offre amendée de Deutsche Telekom pour fusionner avec T-Mobile, la filiale américaine du groupe allemand.

Alors que le japonais Softbank avait proposé en octobre 20 milliards de dollars pour prendre le contrôle de Sprint, Dish Network met sur la table 17,3 milliards en numéraire et 8,2 milliards de dollars de titres. Cette offre mixte donnerait aux actionnaires de la cible une part de 32% dans la nouvelle entreprise, contre 30% pour l’offre Softbank. Au total, le groupe valorise Sprint à 7 dollars par action, au lieu de 6,22 dollars pour le groupe nippon, soit 13% de prime.

Dish Network justifie ce prix supérieur par sa capacité à dégager des synergies, à la fois de coûts (1,3 milliard d’économies dès la première année) et de revenus, grâce à des ventes croisées. A l’appui de ses ambitions, Dish Network se prévaut d’un trésor de guerre de 10 milliards de dollars et du soutien de Barclays, la transaction devant être financée à hauteur de 9 milliards par les banques et les marchés.

La bataille ne fait que commencer. Hier, l’action Sprint a touché jusqu’à 7,33 dollars en séance, le marché pariant sur une surenchère de Softbank. Avec une base de revenus de 14,3 milliards contre 35,3 milliards pour sa cible, Dish s’attaque à un gros morceau.

Le mariage de Thermo Fisher et Life Technologies s’annonce plus tranquille. La cible, conseillée par Deutsche Bank et Moelis & Cie, avait engagé en janvier une revue stratégique qui avait déjà permis au titre de s’adjuger 36% de hausse avant l’annonce d’hier. Spécialiste des équipements pour les laboratoires, Thermo Fisher paiera l’intégralité de son offre en numéraire. JPMorgan et Barclays lui ont garanti un financement-relais.

Le marché des fusions-acquisitions au ralenti en Europe. Illustration L'Agefi.
ZOOM
Le marché des fusions-acquisitions au ralenti en Europe. Illustration L'Agefi.

A lire aussi