EasyJet se félicite de la frilosité de ses concurrents en termes de capacités

le 08/04/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La compagnie aérienne britannique vise une réduction de moitié de sa perte semestrielle à fin mars, sur fond de fêtes de Pâques plus précoces qu’en 2012

EsayJet ne souhaite pas céder à la morosité et veut poursuivre l’extension de son réseau et la progression de ses capacités de transport. Quand bien même la compagnie aérienne britannique a estimé vendredi cette dernière à 3,3% pour le premier semestre de son exercice à fin mars, soit 0,2 point de moins que la hausse promise le 24 janvier dernier, la directrice générale Carolyn McCall se félicite de la discipline de son groupe en la matière et surtout des réductions de capacités hivernales consenties par la concurrence.

EasyJet table en effet pour le semestre écoulé, dont les résultats complets seront publiés le 15 mai, sur une hausse voisine de 3,5% (à changes constants) des coûts par siège contre une estimation en janvier comprise entre 3,5 et 4,5%, et sur une croissance voisine de 8,5% de son chiffre d’affaires par siège, contre une précédente fourchette de 6 à 8%. Une amélioration de l’activité soutenue par les fêtes de Pâques, survenues cette année en mars. Sur ce seul mois, le nombre de passagers transportés a bondi de 5,3% à 4,87 millions.

Dès lors, le transporteur aérien, numéro deux européen du segment à bas coût derrière l’irlandaise Ryanair, a resserré sa fourchette d’estimation de perte avant impôt sur la période, tablant désormais sur une perte de 60 à 65 millions de livres (jusqu’à 77 millions d’euros). Le premier semestre de l’exercice 2011-2012 s’était soldé par une perte de 112 millions. La direction s’attend pourtant à un impact négatif de 5 millions des variations du prix du carburant et de 30 à 35 millions d’un affaiblissement de la livre face au dollar, à l’euro et au franc suisse (le groupe vise un impact cumulé de 15 millions au second semestre au regard des positions actuelles de couverture). Damian Brewer chez RBS Capital Markets reste tout de même prudent pour la fin d’exercice, l’été particulièrement devant correspondre à une hausse de capacité de la concurrence sur l’aéroport londonien de Gatwick.

Le discours d’EasyJet n’a pas séduit les opérateurs boursiers, le titre cédant vendredi 6,38% à 1.027 pence. La compagnie aérienne a il est vrai publié son point d’activité à l’aube d’une séance douloureuse pour le secteur aérien européen, sur fond de craintes quant à une nouvelle pandémie de grippe aviaire en Chine qui pourrait pénaliser le trafic. Air France-KLM cédait ainsi 7,77% à 6,738 euros et Lufthansa 4,52% à 14,18 euros.

A lire aussi