Les batteries électriques de Bolloré restent encore difficiles à valoriser

le 22/02/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La future filiale Bolloré Blue Solutions, qui comprend la voiture électrique Bluecar, sera mise en Bourse d'ici à la fin de l'année

Depuis hier, le groupe Bolloré vend aux particuliers la Bluecar, sa voiture électrique qui équipe depuis décembre 2011 l’offre en libre service de la mairie de Paris. Elle est vendu 12.000 euros pièce, en tenant compte des 7.000 euros de bonus écologique payé par l’Etat, plus un abonnement de 80 euros par mois pour la batterie. Après la mise en place l’an dernier d’une offre aux professionnels, cette commercialisation marque une nouvelle étape dans la construction de la division énergie électrique du groupe Bolloré autour de sa technologie lithium-métal-polymère.

Pour l’instant, les activités dans la voiture électrique, les batteries de stockage d’énergie et les services associés restent très marginales dans le modèle du conglomérat. La division «stockage d’électricité et solutions» de Bolloré, qui intègre également les films plastiques, a dégagé en 2012 un chiffre d’affaires de 215 millions d’euros, bien loin des 5,4 milliards des transports, la première activité de Bolloré, ou des 3,6 milliards de la distribution d’énergie. Néanmoins, selon les analystes de Natixis, le pôle batteries électriques constitue l’un des principaux facteurs de création de valeur pour le groupe.

Aujourd’hui, les analystes n’accordent aucune valeur à cette division batteries dans leur modèle. Lancée en interne, cette activité industrielle a nécessité environ 600 millions d’euros d’investissement ces dernières années, notamment dans la construction de deux usines de batteries, l’une en France, l’autre au Canada, auxquels s’ajoutent près d’un milliard d’euros de coûts d’exploitation. La division reste également encore fortement déficitaire, à hauteur de 250 millions d’euros selon les estimations d’Exane BNP Paribas. D’où la difficulté pour les analystes de la valoriser. Selon Exane BNP Paribas, dans un scénario optimal, la future société Bolloré Blue Solutions pourrait valoir 600 millions d’euros. Mais elle pourrait afficher une valeur négative d’un milliard si elle accumule les pertes au rythme actuel dans les prochaines années.

Afin de trouver une juste valeur, Vincent Bolloré prévoit donc d’introduire d’ici à la fin de 2013 entre 10% et 20% du capital de cette activité, sans forcément lever des fonds. Bolloré Blue Solutions comprend les batteries, les véhicules électriques, les condensateurs, les supercapacités et les automates.

A lire aussi