Nettement sous le consensus en 2012, Saint-Gobain muscle son plan d'économies

le 21/02/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe industriel réduira ses coûts de 580 millions d'euros en 2013, après avoir dégagé un bénéfice de 766 millions d'euros l'an dernier

Face à un marché européen en berne, Saint-Gobain doit redoubler d'efforts. Le numéro un mondial de la production, transformation et distribution de matériaux de construction va réduire ses coûts de 580 millions d'euros cette année, après avoir déjà dégagé 520 millions d'euros d'économies l'an dernier. Soit un total de 1,1 milliard d'euros sur les deux exercices. Le groupe tablait jusqu'à présent sur un effort de 250 millions d'euros pour 2013.

Il faut dire que les résultats 2012, publiés hier après la clôture, ressortent nettement en dessous des attentes des analystes. Le chiffre d'affaires a atteint 43,2 milliards d'euros, en recul de 1,9% à taux de change et périmètre comparable (-3,6% en volumes et +1,7% en prix). Les difficultés de l'activité vitrage (-6,6% sur 2012), très dépendante du secteur automobile, et la dégradation de la conjoncture en Europe ont lourdement pesé à compter du deuxième trimestre. Le résultat d'exploitation (Ebitda) s'inscrit en recul de 16,3% à 2,88 milliards d'euros, donnant une marge d'exploitation de 6,7% en 2012 contre 8,2% l'année précédente. Quant au résultat net, il s'établit à 766 millions d'euros, en recul de 40% par rapport à 2011, là où le consensus Bloomberg visait 1,07 milliard d'euros. Le groupe compte néanmoins verser un dividende stable à 1,24 euro par action, en espèces ou en titres.

«Pour 2013, nous anticipons un redressement de notre Ebitda au second semestre, après un point bas au second semestre 2012 ou au premier semestre 2013», indique dans un communiqué Pierre-André de Chalendar, PDG du groupe. A moyen terme, la direction revient sur des objectifs du plan 2010-2015, qui a vu la mise en place d'une stratégie de recentrage sur l'habitat et la cession d'actifs périphériques, dont l'illustration la plus récente a porté sur l'activité américaine de conditionnement (Verallia North America). «Il y a un certain nombre d'objectifs que nous pourrons faire, mais il y en a d'autres qui sont irréalistes, notamment un taux de croissance interne moyen des ventes de 6%», a reconnu Pierre-André de Chalendar au cours d'une conférence téléphonique. De ce fait, Saint-Gobain présentera dans le courant du second semestre de nouvelles prévisions à moyen et long terme.

A lire aussi