Bouygues renfloue sa filiale de télécoms

le 11/01/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe a injecté 678 millions d'euros chez Bouygues Telecom pour combler ses besoins de trésorerie

Bouygues Telecom mise à mal par la chute de ses résultats depuis l'arrivée de Free mobile. Illustration L'Agefi.

C'est une nouvelle preuve des tourments des opérateurs de télécoms français. Longtemps premier pourvoyeur en dividendes du groupe, Bouygues Telecom a été recapitalisé par sa maison mère fin 2012, a appris L'Agefi. Bouygues a réinjecté 678 millions d'euros afin de couvrir les besoins en trésorerie de sa filiale, mise à mal par la chute de ses résultats depuis l'arrivée de Free mobile, par le coût de son plan de restructuration et par l'achat des fréquences de téléphonie mobile à très haut débit (4G).

La recapitalisation a été réalisée par Bouygues directement et indirectement via sa filiale Société française de participation et de gestion. Les actions Bouygues Telecom ont été émises à un prix unitaire de 111,21 euros. JC Decaux Holding, actionnaire minoritaire de Bouygues Telecom, s’est prononcé contre le projet de recapitalisation lors de l’assemblée générale extraordinaire du 16 novembre, selon des documents légaux consultés par L'Agefi

La holding de la famille Decaux n’a pas exercé l’intégralité de ses droits préférentiels de souscription et n’a injecté que 22,2 millions d’euros. Comme le précise CM-CIC, JC Decaux Holding se trouve ainsi dilué au capital de Bouygues Telecom. La holding revient à 9,47% contre 10,45% auparavant. En revanche, Bouygues passe de 89,55% à 90,53%.

Au total, le capital de Bouygues Telecom a été renforcé d’un peu moins de 700 millions d’euros, soit d’environ 15%. L’opération valorise les fonds propres de l’opérateur de télécoms un peu moins de 5,2 milliards d’euros, 12,8% de moins que la valeur comptable de la filiale dans les comptes de Bouygues. En ajoutant la dette de Bouygues Telecom, 700 millions d’euros à fin 2012, les analystes de CM-CIC notent que la recapitalisation fait ressortir un multiple valeur d’entreprise sur Ebitda 2012 de 6,5 fois, plus de deux points supérieurs à la moyenne sectorielle européenne.

Le principe de cette recapitalisation avait été évoqué par la direction de Bouygues Telecom mi-2012. L'opération doit permettre de faire face à la dégradation de la trésorerie de l’opérateur, mise à rude épreuve depuis l’arrivée il y a un an de Free Mobile.

En 2012, l'Ebitda de Bouygues Telecom, attendu en baisse de 28% par Exane BNP Paribas, ne suffira pas à couvrir les investissements dans le réseau (856 millions d'euros) ni la dépense exceptionnelle de 683 millions d’euros pour les licences de téléphonie mobile à très haut débit (4G) acquises auprès de l’Etat en 2012. Le cash-flow pourrait rester négatif en 2013. Bouygues Telecom a été pendant longtemps la principale source de bénéfices et de dividendes de Bouygues.

Depuis sa création en 1994, elle a versé 2,87 milliards d’euros de dividendes, comblant en totalité les différentes injections de capital de ses actionnaires, dont la dernière remontait à 2002. Toutefois, la guerre des prix lancée par l'arrivée du quatrième opérateur a totalement bousculé le modèle de Bouygues Telecom.

L'opérateur, dont le bénéfice net a quasiment été divisé par cinq entre novembre 2011 et novembre 2012, pourrait avoir perdu de l'argent en 2012. Conséquence, le montant du dividende annuel a déjà été fortement réduit, passant d’un pic de 500 millions versé en 2009 à 212 millions en 2012. Bouygues Telecom ne reversera aucun dividende à sa maison mère cette année.

Bouygues Telecom mise à mal par la chute de ses résultats depuis l'arrivée de Free mobile. Illustration L'Agefi.
ZOOM
Bouygues Telecom mise à mal par la chute de ses résultats depuis l'arrivée de Free mobile. Illustration L'Agefi.

A lire aussi