Paris renoncerait à ses droits de vote sur 3% du capital d’EADS

le 30/11/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

La France pourrait ramener sa participation dans EADS de 15% à 12%, arrivant ainsi à parité avec l'Allemagne, dans le cadre d'un nouveau pacte entre Paris, Berlin et Madrid. Les 3% restants seraient placés dans une fondation aux Pays-Bas, rapporte Reuters. La France, l'Allemagne et l'Espagne détiendraient ainsi 29,5% du capital du groupe d'aérospatiale et de défense, se maintenant en dessous du seuil de 30% qui nécessiterait le lancement d'une offre sur l'ensemble du groupe selon la législation néerlandaise. Cassidian, le pôle défense et sécurité du groupe EADS, a par ailleurs annoncé son intention de supprimer environ 850 postes dans le cadre d'une réorganisation visant à générer au moins 200 millions d'euros d'économies par an d'ici à 2014.

A lire aussi