L’Etat place Peugeot sous surveillance

le 24/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

En échange d'une garantie pour sa banque, le constructeur ouvre son conseil à l'Etat

Farouchement attachée à son indépendance, la famille Peugeot doit se résigner à accepter un soutien de l’Etat. Le deuxième en trois ans. Ce dernier va apporter entre 5 et 7 milliards d'euros de garanties à Banque PSA Finance, qui risquait de ne plus pouvoir se financer à court terme. En contrepartie, le constructeur devra faire des concessions à l’Etat: en matière de gouvernance, en acceptant l’entrée d’un administrateur proche du pouvoir, voire en aménageant une partie du plan de fermeture de l’usine d’Aulnay.

Philippe Varin, président du directoire de Peugeot. Photo Denis Allard/REA
ZOOM
Philippe Varin, président du directoire de Peugeot. Photo Denis Allard/REA

A lire aussi