Berlin fait avorter la fusion EADS-BAE

le 11/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Malgré l'accord capitalistique entre les Etats, l’Allemagne invoque ses intérêts industriels

A peine un mois après l’annonce de leur rapprochement, EADS et BAE Systems ont dû jeter l’éponge, malgré l’accord industriel préparé entre eux. «Il est devenu évident que les intérêts des Etats parties prenantes ne peuvent être réconciliés adéquatement entre eux ou avec les objectifs que s’étaient fixés EADS et BAE Systems pour la fusion», ont déclaré les deux groupes. Et entre Paris, Londres et Berlin, l’Allemagne a été clairement désignée responsable de cet échec par les deux industriels.

EADS-BAE : entre Paris, Londres et Berlin, l’Allemagne a été clairement jugée responsable de cet échec par les deux industriels. Illustration : L'Agefi.
ZOOM
EADS-BAE : entre Paris, Londres et Berlin, l’Allemagne a été clairement jugée responsable de cet échec par les deux industriels. Illustration : L'Agefi.

A lire aussi