La famille Hermès reprend les rênes du groupe et protège un peu plus le capital

le 30/05/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Descendants du fondateur, Axel Dumas et Henri-Louis Bauer sont nommés à la tête des instances de direction.

Axel Dumas sera nommé co-gérant d'Hermès en juin 2013. Photo: Brigitte Lacombe

Une nouvelle ère s’ouvre pour Hermès. A l’occasion de son assemblée générale hier, le sellier a passé le témoin à la jeune génération. D’une part, Axel Dumas sera nommé par Emile Hermès SARL – associé commandité d’Hermès International – en juin 2013, comme cogérant d’Hermès, aux côtés de Patrick Thomas, l’actuel gérant. Ce dernier, qui était le premier à exercer cette fonction sans être membre de la famile, n’a pas voulu préciser la date de son départ.

Agé de 42 ans, Axel Dumas, neveu de Jean-Louis Dumas, l’emblématique patron du groupe de luxe, et membre de la sixième génération de la famille fondatrice est depuis mai 2011 directeur général des opérations d’Hermès et siège depuis l’an dernier au comité exécutif. «Il y a plus de six ans que je travaille avec Axel, il a toutes les compétences pour assumer cette fonction, a commenté Patrick Thomas. Je suis heureux qu’un membre de la famille Hermès soit amené à me succéder». D’autre part, Henri-Louis Bauer remplace Bertrand Puech à la tête de la gérance d’Emile Hermès SARL. Agé de 46 ans, Henri-Louis Bauer dirige une maison de production audiovisuelle et est également membre de la sixième génération. Il se dit «déterminé à poursuivre avec passion le travail de [ses] prédécesseurs pour garantir la cohésion familiale».

Vaste programme! Depuis l’annonce en octobre 2010 de l’arrivée de LVMH au capital d’Hermès, la vieille maison du faubourg Saint-Honoré a été particulièrement secouée. En décembre dernier, le groupe a pérennisé son indépendance en créant une holding familiale H51, regroupant 50,2% du capital. H51 détient en plus un droit prioritaire d’acquisition sur 12,7% du capital supplémentaire auprès des membres du groupe familial. Un verrou face à LVMH, qui détient 22,3% du capital d’Hermès et 16% des droits de vote, selon la dernière déclaration de décembre 2011.

Pour démasquer l’arrivée de nouveaux gêneurs, Hermès s’est doté hier d’une nouvelle mesure. La quinzième résolution, adoptée à 96,86%, impose désormais à tout actionnaire franchissant seul ou de concert 0,5% du capital ou des droits de vote, de demander l’inscription de tous ses titres au nominatif dans un délai de cinq jours, y compris ceux détenus auparavant.

En outre, la dixième résolution, adoptée à 97,02%, permet à Hermès de racheter ses propres titres jusqu’à 400 euros par action, contre 250 euros auparavant! Depuis la mi-avril, le titre évolue au-dessus de ce seuil, empêchant le groupe de poursuivre ses rachats d’actions…

A lire aussi