FCC accélère ses cessions d'actifs pour faciliter son refinancement

le 07/02/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe espagnol de construction espère vendre ses cimenteries américaines d'ici la fin du trimestre. Il doit refinancer 2,5 milliards de dette

Fomento de Construcciones & Contratas (FCC) se rapproche d’un accord avec ses banques en vue du refinancement de sa dette. Selon la direction du deuxième groupe espagnol de construction, la signature ne fait «aucun doute». L’objectif vise à refinancer 2,5 milliards d’euros de dette arrivant à échéance en 2012, a précisé à Bloomberg Baldomero Falcones, le directeur général du constructeur.

Fin 2011, en tenant compte des cessions effectuées ces derniers mois, dont la vente de la Tour Picasso à Madrid, la dette nette du groupe est estimée à 6,8 milliards d’euros par les anaystes de Banesto, soit plus de 5 fois son excédent brut d’exploitation et près de 8 fois sa génération de trésorerie opérationnelle.

Pour parvenir à cette signature avec les banques dans les meilleurs délais, le dirigeant de FCC s’est engagé à poursuivre les cessions d’actifs. Deux d’entre eux sont à vendre depuis la fin de l’année dernière: l’activité de cimenterie aux Etats-Unis (Giant Cement) et les actifs dans les énergies renouvelables.

La vente des cimenteries américaines pourrait intervenir d’ici à la fin du premier trimestre, a indiqué Baldomero Falcones. Selon les analystes de Banesto, les brésilien CSN, Votorantim et Camargo Corréa sont susceptibles de s’intéresser aux actifs de FCC. Cette opération permettrait de déconsolider 310 millions d’euros de dette. Dans les énergies renouvelables, le groupe a conclu un accord avec le japonais Misui & Co en vue de lui céder la moitié de son portefeuille, composé de 327 MW de fermes éoliennes et solaires. L’effet positif sur la dette atteindrait 600 millions d’euros, selon Banesto, alors que cette activité dans l’énergie contribue très faiblement aux résultats du constructeur.

En plus de ces cessions, qui suivent celles dans l’immobilier, FCC a prévu de tenir sous contrôle son besoin en fonds de roulement, pour le ramener à 450 millions d’euros en 2011 contre 580 millions l’année précédente.

Si le plan de refinancement aboutit, FCC peut espérer desserrer les pressions qui pèsent sur son cours de Bourse. Le titre, particulièrement apprécié des vendeurs à découvert, en raison aussi de son exposition à l'économie espagnole, est la troisième plus mauvaise performance de l’année de l’Ibex 35, avec une chute de 5% contre une hausse de 3% pour l’indice. FCC publiera ses résultats annuels le 28 février.

A lire aussi