Les constructeurs automobiles français broient du noir pour 2012

le 02/12/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

PSA prévoit une baisse du marché européen tandis que Renault attend un début d'année difficile. Le marché français a chuté de 7,6 % en novembre

PSA Peugeot Citroën et Renault s’attendent à une année 2012 sinistrée pour le marché automobile européen. «On sera, en Europe, probablement en croissance négative l'année prochaine. De combien, on ne sait pas, c'est trop tôt», a reconnu hier Philippe Varin, le président du directoire du groupe PSA lors de l'inauguration d'une nouvelle unité de production de moteurs en Moselle. Une déclaration qui fait écho à celle de Bernard Cambier, le directeur commercial France de Renault, selon lequel «le marché des commandes annonce un début d'année difficile».

Déjà, après un mois d’octobre en légère progression (+2,8%), les ventes de voitures neuves ont de nouveau fortement dérapé en novembre 2011, avec une chute de 7,6%, à 179.160 unités. Pour les seules marques françaises, le recul atteint 11,5%, à 100.825 voitures, contre une baisse limitée à 2% pour les constructeurs étrangers, à 78.233 unités. «Quand on sort de la prime à la casse, on n'a plus l'avantage de vendre beaucoup de voitures d'entrée de gamme. La diminution concerne surtout les petites voitures», explique François Roudier, porte-parole du Comité des constructeurs français d'automobiles.

Très présents sur ce segment d’entrée de gamme, les groupes français perdent donc des parts de marché sur leurs concurrents étrangers. Sur les onze premiers mois de l'année, le marché automobile français a baissé de 0,3% par rapport à la période correspondante de 2010, mais le recul atteint 4,7% pour les seuls constructeurs français. Résultat, leur part de marché sur les voitures particulières s’est effritée de 2,6 points par rapport à novembre 2010, pour revenir à 56,9%. Les ventes du groupe Volkswagen (Volkswagen, Audi, Seat et Skoda) ont par exemple augmenté de 1,8% en novembre à 21.758 unités et de 13,6% depuis le début de l'année.

Dans ce contexte, c’est toujours PSA qui souffre le plus: -15,4% au mois de novembre, avec 53.280 voitures particulières, dont un plongeon de 23,4% rien que pour la marque Peugeot, ce qui annule totalement les hausses de début d'année lorsque la prime à la casse jouait encore favorablement. Le groupe Renault fait un peu mieux que l'ensemble du marché français avec un recul  mensuel de 7,2% de ses ventes, toujours grâce à Dacia (+26,9%), car les ventes de la marque Renault ont baissé de 13,8% en novembre. Nissan, l'allié japonais de Renault, enregistre une hausse de 12,2% de ses ventes en novembre.

A lire aussi