Les actionnaires de l’ex-Pechiney reprennent en main la direction

le 21/11/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Dirigeante historique du groupe d'aluminium, Christel Bories était en désaccord avec ses actionnaires, Apollo et le FSI, sur le mode de gouvernance

Figure du monde de l’aluminium, unique rescapée de la direction de l’ancien Pechiney malgré plusieurs changements d’actionnaires, Christel Bories quitte le groupe Constellium (ex-Alcan Engineered Products) dont elle occupait la présidence et la direction générale depuis le rachat d'Alcan par Rio Tinto il y a cinq ans. Elle est remplacée, à titre intérimaire, par Richard Evans, ancien PDG d’Alcan, le temps de trouver un successeur définitif.

La position de Christel Bories avait été confirmée en 2010 lors de la vente par le géant minier Rio Tinto de 61% du capital d’Alcan EP à Apollo Management (51%) et au Fonds stratégique d’investissement (10%), pour un montant toujours gardé secret. Mais depuis, les relations de travail entre la dirigeante et ses nouveaux actionnaires se sont tendues. «Des divergences sont apparues sur l’organisation du groupe et son mode de gouvernance. Chez Rio Tinto, Alcan EP bénéficiait d’une grande autonomie. Les actionnaires actuels voulaient un management au jour le jour plus formaté», explique une source proche de la direction. Christel Bories a fait des propositions d’ajustement mais celles-ci ont été refusées par les actionnaires, ajoute une autre source. D’où son départ.

Selon plusieurs sources internes, la démission de Christel Bories n’est en aucun cas liée à de mauvaises performances financières. «Les résultats sont bons», assure-t-elle. La reprise en main de la direction par les actionnaires financiers de Constellium ne présage pas non plus une modification de la stratégie du producteur d’aluminium qui vise à développer sa présence en Asie. Le groupe réalise encore l’essentiel de son chiffre d’affaires en Europe et en Amérique du Nord alors que 40% du marché mondial se fait aujourd’hui en Asie.

Poussé par ses nouveaux actionnaires, qui ont à plusieurs reprises réaffirmé leur soutien financier, Constellium devrait procéder dans les prochains mois à des acquisitions, notamment en Chine, afin de répondre à la demande de ses principaux clients dans l’aéronautique, l’emballage et l’automobile. Au printemps dernier, Christel Bories avait souhaité que Constellium dégage une croissance des ventes supérieure de 50% à la moyenne de l’industrie, avec un cash-flow positif et une marge d’Ebitda de 10%, soit un saut de plusieurs points de marge par rapport à son niveau actuel. En 2010, Constellium a réalisé un chiffre d’affaires de 4,4 milliards de dollars, après 3,8 milliards en 2009.

A lire aussi