Le Club Med résiste et affiche sa confiance pour la saison hivernale

le 15/09/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les ventes du groupe de loisirs reculent au troisième trimestre, conséquence du Printemps arabe, mais progressent toujours sur neuf mois

Le Club Méditerranée résiste malgré la crise du Printemps arabe. Sur le troisième trimestre (mai à juillet) de son exercice 2011, le groupe de loisirs a réussi à enregistrer une légère hausse (+1,8% à change constant) de son volume d’activité à 340 millions d'euros, alors que le volume d’activité sur les villages du Maroc, de Tunisie, et d’Egypte est en retrait de 20 millions d’euros par rapport à l’an dernier. En revanche, le chiffre d’affaires trimestriel recule de 1,9% à 323 millions d’euros. Mais grâce au premier (+14,6%) et au deuxième (+8,4%) trimestres, le Club conserve une croissance de 6,8% sur les neuf premiers mois de l’exercice.

«Au-delà des aléas conjoncturels ou géopolitiques qui peuvent masquer ponctuellement son redressement, le groupe Club Méditerranée continue de retirer les bénéfices de son repositionnement sur le haut de gamme et de sa nouvelle stratégie de développement ‘asset light’», note Gilbert Dupont. Sur le trimestre, le Club enregistre une hausse de plus de 15% des clients 4 et 5 Tridents – qui représentent désormais 58,5% des clients contre 49,1% un an plus tôt – alors que le nombre de clients total recule de 3%, en ligne avec la baisse de capacité.

Compte tenu de l’avance prise sur l’hiver, le groupe table sur une progression du résultat opérationnel courant (ROC) Villages 2011 par rapport aux 42 millions d’euros engrangés l’an dernier. Le consensus FactSet table sur 43 millions.

Bien que le niveau de réservations pour la saison été 2011 ait reculé de 1,2% sur les quatre dernières semaines (et même -15,2% sur la zone Amériques), il progresse de 1,2% en cumulé, dont +36% pour la Chine et +10,8% pour les Amériques. Par ailleurs, le Club juge «très encourageant» le démarrage des ventes hiver 2011-2012, sans pour autant le chiffrer, rappelant que l’an dernier à la même date ces prévisions représentaient le tiers des réservations de la saison hiver.

Ces perspectives ont fait rebondir le titre de 6,42% à 12,60 euros. Une bonne opération pour Rolaco qui a franchi en hausse le seuil des 5% du capital et des droits de vote, et pour Axa PE qui s’est renforcé jusqu’à 9,3% du capital. Ce dernier avait déclaré le mois dernier son intention de demander un siège au conseil. D’autant que le titre a un potentiel de hausse de près de 50% à trois mois selon le consensus FactSet à 18,55 euros.

A lire aussi