Nyse Euronext prêt à plus impliquer les valeurs moyennes dans la vie de la Place

le 07/09/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’entreprise de marché dévoilera ses mesures de soutien aux PME et ETI et ses propositions au gouvernement en novembre prochain

Dans moins de deux mois, Gérard Rameix, médiateur du crédit, et Thierry Giami, président de l’Observatoire du financement des entreprises par le marché, devront avoir rendu leur rapport à Bercy, proposant des mesures concrètes pour améliorer le financement des PME et des ETI.

D’ici là les discussions devraient s’intensifier entre partisans de la création d’une plate-forme boursière alternative, comme MiddleNext, face à Nyse Euronext. Après les nombreuses critiques essuyées ces derniers mois, l’entreprise de marché semble prête à évoluer. «Nous sommes favorables à réfléchir à des modes de gouvernance pour les PME-ETI cotées sur notre marché, avec les acteurs du secteur (listing sponsors, associations de Place, etc.) afin d'impliquer ces derniers encore plus qu'aujourd’hui dans le développement des valeurs moyennes, confie à L’Agefi Marc Lefevre, directeur développement commercial et relations émetteurs listing Europe chez Nyse Euronext. Les valeurs des compartiments B et C et de Nyse Alternext pourraient également être réunies pour une meilleure lisibilité de ce segment».

Pour convaincre, l’entreprise de marché devra accepter de lâcher du lest. Elle pourrait notamment réserver la gouvernance de l’ensemble de ces capitalisations inférieures à 1 milliard d’euros à un comité stratégique doté d’un vrai pouvoir décisionnel, sans pour autant les faire entrer à son capital. Alors que depuis des mois une fronde s’est organisée sur les prix des transferts sur Alternext demandés par l’entreprise de marché, ce comité stratégique aurait, par exemple, la possibilité de trouver un consensus et de plafonner ces frais.

De plus, «la fusion avec Deutsche Börse permettra à ce segment d’atteindre une taille critique avec près de 1.400 valeurs moyennes cotées», se félicite Marc Lefèvre. Un atout de poids face au projet de plate-forme indépendante destinée aux seules valeurs moyennes cotées à Paris (762 fin 2010).

Pour l’heure, Nyse Euronext se refuse à exposer toutes ses cartes. Dans la foulée de la publication du rapport Rameix-Giami fin octobre début novembre, «nous dévoilerons nos mesures pour stimuler le marché des valeurs moyennes et nos propositions au gouvernement», poursuit Marc Lefèvre. Par ailleurs, la Fédération des bourses européennes (FESE) se réunit la semaine prochaine et devrait faire à l’automne des propositions pour améliorer le marché des PME-ETI.

A lire aussi