PSA Peugeot Citroën voit son salut hors d’Europe

le 13/07/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les ventes semestrielles ont baissé de 4,3 % sur le Vieux Continent, en dehors duquel le groupe vise toujours 50 % de son activité en 2015

Quand bien même le directeur général des marques de PSA Peugeot Citroën, Jean-Marc Gales, a confirmé hier la prévision du groupe d’une stabilité du marché automobile européen en 2011, le Vieux Continent nourrit bien des incertitudes, chez le constructeur français comme chez ses pairs.

Au premier semestre 2011, les ventes du groupe (voitures particulières et véhicules utilitaires légers) y ont concédé un repli de 5,3% dans un marché en baisse de 0,8%, les segments «traditionnellement porteurs» pour PSA pâtissant particulièrement des effets de sortie des dispositifs de primes à la casse. Face à l’érosion correspondante de 0,3 point de la part de marché, à 13,9%, PSA entend bien «amplifier» les efforts de montée en gamme.

C’est l’international qui dès lors a permis au constructeur d’afficher un bilan commercial semestriel équilibré. En dépit de ventes d’ensembles d’éléments détachés en baisse de 12,7%, le total des ventes a en effet progressé de 0,2% à 1,86 million d’unités. Face à une hausse de 6% des marchés automobiles mondiaux. Une dichotomie géographique qui a correspondu à la poursuite de la progression de la part des ventes réalisées par PSA en dehors du Vieux Continent, à 38%. Quatre points de plus qu’un an auparavant et 14 points de plus qu’au premier semestre 2007. Surtout, le groupe a confirmé son objectif d’engranger la moitié de ses ventes hors d’Europe en 2015.

Lundi, Renault avait indiqué avoir réalisé 40% de ses ventes hors d’Europe au premier semestre. Elles aussi avaient tiré la croissance du concurrent de PSA sur la période, avec une hausse de 20,4% contre une progression mondiale de 1,9% pour le groupe à 1,4 million de véhicules.

PSA Peugeot Citroën compte donc maintenir le cap d’une croissance forte notamment sur ses principaux marchés lointains que sont la Chine, l’Amérique latine et la Russie. Sur le premier d’entre eux, où les ventes ont progressé de 10,2% sur le semestre écoulé, le groupe attend beaucoup de la «prochaine» approbation par Pékin de la nouvelle coentreprise locale, avec Changan Automotive. Si PSA a suivi en Chine la tendance du marché, le groupe a fait bien mieux en Russie (+65,5% contre +57%) et en Amérique latine (+21,7% contre +13%), sur fond d’adaptation réussie en termes commerciaux des modèles produits localement grâce notamment à la poursuite du développement du site russe de Kaluga.

A lire aussi