GDF Suez, Areva et Vinci unissent leurs forces pour l'éolien marin en France

le 19/05/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Ce deuxième consortium français a conclu un accord exclusif sur trois des cinq parcs offshore soumis à appel d'offres par la France

Trois poids lourds de l'industrie française ont décidé de se rapprocher pour participer au développement de l'éolien marin offshore en France. GDF Suez, Vinci et Areva ont fait part hier soir d'un accord de partenariat visant à répondre au prochain appel d'offres soumis par le gouvernement. Les trois groupes ont conclu un pacte exclusif sur trois des cinq parcs éoliens que comprend le programme : Dieppe-Le Tréport, Courseulles-sur-Mer et Fécamp. Cette première tranche, qui représente une capacité de production de 3.000 mégawatts (sur un total de 6.000 MW), nécessite un investissement de 10 milliards d'euros. «Ce nouveau secteur débouchera sur 10.000 emplois», avait prédit Nicolas Sarkozy en janvier lors de la présentation du projet. Le Carbon Trust britannique évalue le marché de l'éolien offshore au niveau mondial à 170 milliards de livres d'ici 2050.

«Le présent accord crée une plate-forme industrielle autour de trois acteurs majeurs avec des expertises complémentaires dans le domaine des énergies renouvelables et de la construction», avance le consortium dans un communiqué. GDF Suez souligne ainsi que sa filiale La Compagnie du Vent travaille déjà sur le projet des Deux-Côtes (750 MW) situé dans la zone de Dieppe-Le Tréport identifié par les pouvoirs publics. Areva, de son côté, se présente comme le deuxième acteur européen de l'éolien en mer, avec une base installée de plus de 120 turbines à fin 2013. Enfin, Vinci, qui mobilisera ses branches «concessions» et «contracting», met en avant son «savoir-faire dans le montage de financement et la réalisation de grands projets d'infrastructures».

Cette alliance franco-française est la deuxième du genre après celle annoncée en janvier par Alstom et EDF Energies Nouvelles. D'après le communiqué diffusé à l'époque, Alstom doit assurer la fourniture en exclusivité d’éoliennes offshore de 6 MW. Les deux partenaires ont ensuite attiré des développeurs comme Poweo ENR et WPD Offshore. D'autres acteurs, comme l'allemand E.On, souhaiteraient également prendre part au mouvement mais peinent à faire équipe. Alors que le lancement formel de l'appel d'offres est attendu d'ici début juin, le gouvernement français devrait annoncer les projets retenus début 2012.

A lire aussi