HP lance un nouvel avertissement sur ses ventes pour 2011

le 18/05/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe, qui ne fait pas recette avec ses ordinateurs personnels, réduit d'un milliard de dollars son objectif de chiffre d'affaires annuel

Avec un jour d'avance sur le calendrier prévu, Hewlett-Packard (HP) a livré hier ses prévisions pour l'exercice en cours. Cette précipitation s'explique par la publication en début de semaine d'un mémo interne, dévoilé par Bloomberg, dans lequel Leo Apotheker, le PDG du numéro un mondial des PC, prédisait «un autre trimestre difficile». «Nous devons faire attention à chaque centime et limiter au minimum tous les recrutements», prévenait encore l'ancien patron de SAP.

HP reste affecté par des ventes d'ordinateurs personnels en berne (-23% au deuxième trimestre clos fin avril), une tendance lourde aggravée par les conséquences du séisme et du tsunami au Japon. Le groupe s'efforce également de réorienter ses activités de services vers des produits plus rentables s'inscrivant dans l'univers du «cloud computing» (informatique gérée à distance). Pour ce faire, HP a réalisé des acquisitions, notamment celle de 3PAR en septembre dernier pour 2,4 milliards de dollars, mais la mutation prend du temps. D'autant plus qu'elle s'effectue sous la houlette d'une nouvelle direction depuis l'été dernier. La marge d'exploitation de la division a reculé de 80 points de base au deuxième trimestre par rapport aux trois mois précédents.

Pour le trimestre en cours (clos fin juillet), HP anticipe un bénéfice par action (hors exceptionnels) de 1,08 dollar, contre un consensus de 1,23 dollar. Le chiffre d'affaires devrait ressortir entre 31,1 et 31,3 milliards de dollars, lui aussi inférieur aux attentes (31,38 milliard). Pour l'ensemble de l'exercice, le groupe a réduit d'un milliard de dollars sa prévision de chiffre d'affaires. Il table désormais sur des ventes comprises entre 129 et 130 milliards de dollars et sur un BPA d'au moins 5 dollars. 

«Nous pensons que la base de revenus de HP pourrait rester affectée cet été, en raison de dynamiques de long terme et spécifiques à la société dans les ordinateurs personnels, les services et les imprimantes», a souligné JPMorgan dans une note diffusée avant la publication des résultats. «A notre avis, les investisseurs hésitent à revenir sur la valeur (...)», ajoutait le courtier. Un commentaire savoureux à la lumière du pari fait par le fonds alternatif Paulson & Co. Ce dernier a acheté récemment 25 millions d'actions HP, avant l'avertissement d'hier. Une participation valorisée à environ 900 millions de dollars hier en séance, alors que le titre plongeait de près de 10%.

A lire aussi