Latécoère entend présenter un scénario de consolidation avant la fin de cette année

le 24/03/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Disposant d’une marge de manœuvre accrue grâce à son redressement, l’équipementier aéronautique privilégiera une solution de nature industrielle

Attendu sur son projet de consolidation, Latécoère s’est montré prudent hier à ce sujet lors de la présentation de ses résultats annuels. Le président du directoire, François Bertrand, a rappelé que ce projet s’inscrivait dans un contexte d’externalisation grandissante des aérostructures et du câblage par les grands avionneurs, doublé d’une concentration des équipementiers à l’échelle internationale. Le marché européen apparaît à cet égard «encore très fragmenté avec une quinzaine de fournisseurs contre deux acteurs principaux en Asie et deux autres en Amérique du Nord», précise-t-il.

Se réjouissant du fait que le groupe ait reçu «plusieurs marques d’intérêt s’appuyant sur des projets industriels», Pierre Gadonneix, président du conseil de surveillance, a indiqué qu’il s’agissait à ce stade de «contacts n’ayant pas donné lieu à des offres concrètes». Sans exclure un partenariat extra-européen, le groupe privilégiera «un projet susceptible d’aboutir à la plus grande création de valeur pour l’ensemble des parties prenantes». Le choix ne devrait donc pas s’orienter vers une solution fondée sur une reprise par des fonds d’investissement.

«Notre objectif est de présenter un scénario de consolidation avant la fin de l’année 2011», a poursuivi Pierre Gadonneix, en soulignant que la société ne pourra pas communiquer sur l’avancement des négociations, compte tenu du caractère sensible de ces informations sur le cours de Bourse de sociétés cotées. Il estime que le redressement opérationnel réussi de Latécoère l’an dernier, accompagné d’une restructuration de sa dette, lui donne «davantage de marge de manœuvre qu’il y a six mois» pour examiner sans précipitation les différents projets qui lui sont proposés.

Ceci est d’autant plus logique que les barrières à l’entrée sont importantes dans ce secteur et que les programmes aéronautiques auxquels Latécoère est associé portent sur des cycles particulièrement longs. Si le groupe se refuse à chiffrer la taille critique nécessaire pour rester concurrentiel, celle-ci s’élèverait à deux milliards d’euros de chiffre d’affaires selon un spécialiste du secteur, soit plus de 4 fois les ventes de Latécoère l’an dernier. Après avoir pris 8,5% mardi, l’action a bondi de 19,4% hier pour terminer à 11,6 euros.

A lire aussi