La Chine invite la France à plus de retenue après l’affaire Renault

le 17/03/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Avant d'accuser injustement un pays, il faut vérifier les faits, a déclaré jeudi le ministère des Affaires étrangères chinois, qui faisait ainsi référence aux excuses des dirigeants de Renault envers les trois cadres accusés à tort d'espionnage industriel. Cette affaire a généré des tensions entre la Pékin et Paris lorsqu'une source proche du gouvernement français a fait savoir que les enquêteurs suivaient une piste chinoise alors que l'enquête officielle n'avait pas encore démarré.

A lire aussi