Les compagnies aériennes plombées par l’envolée du brut

le 22/02/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Le pétrole n'en finissait pas de marquer des records de plus de deux ans sur fond de tensions politiques croissantes au Moyen Orient, et notamment en Libye. Vers 12h40, le cours du baril de Brent de Mer du Nord à échéance avril prenait encore 1,5% à 107,3 dollars, non sans avoir débordé les 108 dollars en début de matinée. De son côté, le WTI américain de même livraison s'envole littéralement de 7,7% à 96,7 dollars. Tokyo (-1,78%) et Hong Kong (-2,11%) ont chuté en clôture, et Paris (-1,54%), Londres (-1,11%) et Francfort (-0,50%) baissaient sensiblement, Mais ce sont surtout les valeurs du transport aérien en Europe qui étaient en fort repli mardi à la mi-séance, plombées par la flambée du brut. L'action Air France-KLM dévissait de 3,45% à 11,74 euros, imitée par les titres de Lufthansa (-2,29%) et d'International Airlines Group (IAG), né de la fusion entre British Airways et Iberia (-3,55%). Le scandinave SAS abandonnait 3,63%. "On redoute que les compagnies aériennes n'aient rien vu venir et qu'elles n'aient pas les programmes de couverture nécessaires pour amortir les prix chocs atteints par le pétrole", note Harry Sebag, de Saxo Banque à Paris, cité par Reuters.

A lire aussi