PSA Peugeot Citroën va encore optimiser le profil de sa dette financière

le 10/02/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Grâce au redressement de ses résultats, le constructeur aura totalement remboursé fin avril le prêt de 3 milliards d’euros accordé par l’Etat

Avec un bénéfice net de 1,13 milliard d’euros dégagé l’an dernier, après une perte de 1,16 milliard en 2009, le redressement du groupe PSA a été supérieur aux attentes. A l'origine de cette bonne nouvelle, le rebond de ses principaux marchés et l’avance prise dans le plan de performance de sa division automobile lancé à l’automne 2009, avec 1,5 milliard d’économies de coûts et gains de productivité réalisées l’an dernier contre 1,1 milliard prévu. Alors qu’il tablait sur 3,3 milliards d’économies à l’horizon 2012, le constructeur français a d’ailleurs relevé cet objectif de 400 millions à 3,7 milliards.

Si le cash-flow libre de 1,1 milliard est jugé «un peu décevant» par les analystes d’Oddo Securities, il a néanmoins contribué à ramener sa dette nette industrielle à 1,2 milliard en fin d’année contre 2 milliards fin 2009. Au 31 décembre 2010, le ratio de dette nette industrielle sur capitaux propres ressort à 8,6% et il est «quasiment nul hors Faurecia».

Conséquence, après avoir remboursé par anticipation en septembre dernier un tiers du prêt de 3 milliards d’euros accordé par l’Etat en avril 2009, PSA entend régler en février et avril prochain les 2 milliards restants. Cela aboutira à lisser davantage l’échéancier de sa dette (voir graphique), en ramenant notamment de 3,1 milliards à 1,1 milliard la dette exigible en 2014. Le président du directoire Philippe Varin a indiqué que les intérêts du prêt avaient totalisé «350 millions d'euros sur la période».

Le groupe, qui a annoncé une prochaine implantation industrielle et commerciale en Inde, anticipe pour 2011 une hausse du résultat opérationnel courant de l’ensemble de ses divisions (automobile, Faurecia, Gefco et Banque PSA Finance), ainsi qu'un cash-flow libre positif.

PSA DETTE
ZOOM
PSA DETTE

A lire aussi