SeLoger cède à l’OPA améliorée d’Axel Springer

le 19/01/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe allemand relève de 12 % le prix de son OPA. Le site renonce à ses moyens de défense

Après quatre mois de résistance, le conseil de surveillance du site de petites annonces immobilières a accepté les termes de la nouvelle OPA proposée par le groupe allemand. Le prix de 38,05 euros par action, relevé de 12% par rapport à l’offre initiale de 34 euros, porte la valeur d’entreprise de SeLoger.com à 637 millions d’euros, soit 7 fois le chiffre d’affaires et 12,7 fois l’Ebitda estimés pour 2011. Et contrairement à sa première offre, Axel Springer a fixé un seuil minimum de détention du capital à 50,01 %.

«Le conseil de surveillance de SeLoger.com se félicite de cet accord qui offre une amélioration significative en matière de valorisation, de gouvernance d’entreprise et d’intéressement des dirigeants», a déclaré son vice-président Geoffroy Roux de Bézieux. Car en plus du prix et du seuil minimum de détention du capital, Axel Springer a ajouté deux garanties: la confirmation du directoire et un plan d’intéressement sur cinq ans pour les dirigeants.

Ses exigences satisfaites, le conseil de surveillance retire donc ses barricades. L’assemblée générale extraordinaire qui devait voter demain un projet de résolution visant à limiter les droits de vote à 15% est ajournée. La société se désiste aussi de son recours devant la cour d’appel à l’encontre de la décision de conformité de l’AMF. Elle renonce enfin à toute autre action judiciaire et recommande aux actionnaires d’apporter leurs titres à l’offre. Celle-ci pourrait être lancée courant mars.

Avec un prix dans le bas de la fourchette calculée par l’expert indépendant mandaté par SeLoger (37,1 à 40 euros par action), la voie semble dégagée pour Axel Springer. D’ailleurs, le cours a fini hier à 37,73 euros. «Des demandes de vente de blocs circulent déjà sur le marché», confirme à L’Agefi une source financière, indiquant que le marché joue le succès de l’OPA. L'allemand détient déjà 12,36% du capital, bloc acheté en septembre auprès des fondateurs et des dirigeants (ces derniers bénéficient d’une clause d’ajustement). L’éditeur du Bild doit ainsi encore recueillir 37,65% pour atteindre le seuil imposé de 50,01%.

Fidelity et Capital Research and Management, qui ont vendu des titres sur le marché autour de 34 euros, devraient logiquement apporter leurs blocs (14% au total), tout comme Lone Pine Capital qui s’est allégé sous les 10% juste avant l’OPA. Le groupe Arnault (9%) a indiqué qu’il se déciderait dans les prochains jours. Caledonia (10,8%), qui s’était clairement prononcé contre l’OPA à 34 euros en achetant des titres sur le marché à plus de 37 euros, ne s’est pas exprimé.

Une contre-offre paraît peu envisageable aujourd'hui. SeLoger assure que des contacts ont été noués avec des chevaliers blancs mais aucun n’a abouti. «SeLoger, qui a déjà fait l’objet d’un LBO dans le passé, était pourtant une cible idéale. A 38 euros, en supposant un levier d’acquisition de 50%, à un taux d’intérêt à 7%, et avec des prévisions de chiffre d’affaires raisonnables à 10 ans, l’investissement offrait un TRI de 20%», explique Andrzej Kawalec, analyste chez Moneta AM (1,68 % du capital). Afin de profiter des perspectives de SeLoger, des fonds pourraient néanmoins jouer la stratégie du passager clandestin et rester au capital. Le site compte doubler son bénéfice net d’ici à 2014 à près de 60 millions d’euros. Ce qui, selon le consensus d’analystes, donne un objectif de cours de plus 40 euros.

SeLoger : répartition du capital
ZOOM
SeLoger : répartition du capital

A lire aussi