PwC et Ernst & Young accusent une baisse de leur chiffre d’affaires en France

le 19/01/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les revenus des deux Big Four reculent de plus de 3 % dans l’Hexagone en 2009-2010, notamment en raison de la pression sur leurs honoraires

PricewaterhouseCoopers (PwC) et Ernst & Young ont subi une baisse comparable de leur activité en France au cours de l 'exercice 2009-2010 clos fin juin, comme l’a dévoilé hier L’Agefi Quotidien. PwC France a vu sa croissance stoppée net, avec un recul de son chiffre d’affaires de 3,8 %, à 640 millions d’euros. Si l’expertise comptable et le pôle juridique et fiscal subissent seulement une légère érosion, les revenus de l’audit et du conseil diminuent respectivement de 4% et 6,7%, selon le rapport d’activité du cabinet.

Dans le conseil au sens large, «nous continuons à subir le ralentissement du nombre de transactions et en consulting (conseil en organisation et stratégie, ndlr), nous avons eu beaucoup de nouvelles missions que la pression sur les prix n’a malheureusement pas permis de traduire en développement d’activité pour ce métier», écrit Serge Villepelet, président de PwC France.

Ernst & Young France avait concédé à l’automne une baisse d’activité pour la deuxième année consécutive (L’Agefi Hebdo du 30 septembre), mais il n’avait pas publié ses revenus totaux et avait annulé sa conférence de presse annuelle. Son rapport de transparence dévoile finalement un chiffre d’affaires non consolidé de 586 millions d’euros en diminution de 3,6 %, et même de 5,8 % sur les seuls honoraires. En 2008-2009, le groupe avait publié un chiffre d’affaires très supérieur, à 765 millions d’euros, mais sur un périmètre plus large incluant par exemple son cabinet d’avocats.

KPMG et Deloitte restent les principaux acteurs pluridisciplinaires en France avec un chiffre d’affaires supérieur ou égal à 800 millions d’euros. Soit le niveau visé par PwC entre 2013 et 2015.

classement cabinets audit
ZOOM
classement cabinets audit

A lire aussi