La scission des activités de Fortune Brands aiguise les appétits

le 06/01/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Nike et Adidas seraient intéressés par les activités de golf du groupe américain. Blackstone et Bain Capital lorgneraient les produits domestiques

Fortune Brands se plie en quatre et suscite déjà les convoitises. Le groupe américain, qui a décidé de scinder ses activités en trois entités pour se concentrer sur son activité spiritueux, serait en négociations avec plusieurs acheteurs potentiels pour ses activités de golf et pour ses activités de produits domestiques, selon des sources interrogées par Reuters et Bloomberg.

En effet, selon des informations relayées par Bloomberg, les géants du sport Nike et Adidas mais également des sociétés d’investissement et des sociétés asiatiques telles que Sumitomo Rubber Industries, qui détient le fabricant de balles de golf Srixon, seraient déjà sur les rangs pour racheter les activités de golf de Fortune Brands qui comprennent notamment le fabricant de balles Titleist. Sur la base d’un Ebitda d’environ 120 millions de dollars dégagés par cette activité cette année et de niveaux de valorisation de l’ordre de 10 à 11 fois l’Ebitda, la société américaine compte tirer entre 1 et 1,5 milliard de dollars de cette vente. Elle a en outre mandaté Morgan Stanley pour diriger les opérations, alors que Credit Suisse et Centerview Partners conseillent déjà la société sur sa stratégie.

Dans le même temps, Reuters indique que Blackstone et Bain Capital feraient déjà chauffer leur calculatrice pour faire une offre prochaine de rachat des activités domestiques et de sécurité de Fortune Brands, rassemblées dans la filiale Fortune Brands Home & Security. Sur la base d’un Ebitda d’environ 350 millions de dollars en 2010, la valeur de la filiale est estimée à environ 3 milliards de dollars, soit environ 9 fois l’Ebitda. Néanmoins, les analystes tablant sur un résultat d’environ 400 millions en 2011, la société américaine pourrait espérer en tirer un montant supérieur. Cependant, Fortune Brands pourrait envisager de réaliser une scission simple de ses activités non taxée, la société devant s’acquitter d’impôts si elle décidait de céder ses activités.

En tout état de cause, les activités de spiritueux, qui pèsent environ 80% des profits, restent la vache à lait du groupe. Avec des ventes de 2,5 milliards de dollars et 685 millions de profits, Beam Global Spirits & Wine fait envie à des groupes tels que Diageo, Pernod Ricard et Bacardi, qui espèrent un éclatement ou la vente de Fortune Brands pour développer leurs activités sur le marché américain.

A lire aussi