GDF Suez pourrait ouvrir le capital de sa division gazière et pétrolière

le 03/01/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Une introduction en Bourse pourrait avoir lieu à Londres ou à Paris. Objectif : trouver des fonds pour financer le doublement des réserves

Approuvée définitivement mi-décembre 2010, la fusion entre GDF Suez et le britannique International Power aura des répercussions sur le portefeuille d’activité du groupe d’énergie français. Selon Bloomberg, qui s’appuie sur trois sources proches du dossier, la direction de GDF Suez réfléchit en effet à ouvrir le capital de la division exploration-production de gaz et de pétrole. Contacté par L’Agefi, le groupe n’a souhaité faire aucun commentaire.

Si elle est confirmée, cette opération entrerait dans le cadre du programme de cessions d’actifs annoncé par GDF Suez dans la foulée de sa fusion avec International Power. Si ce rapprochement a été essentiellement réalisé par apports de titres et d’actifs, il a néanmoins contribué à tendre le bilan. Pour éviter une dégradation de sa note de crédit, le groupe d’énergie avait ainsi annoncé sa volonté de vendre entre 4 et 5 milliards d’euros d’actifs.

La vente de ce bloc minoritaire pourrait se faire via une introduction en bourse de la division, à Londres ou à Paris, indique Bloomberg. Selon l’agence, aucune banque n’est encore chargée de ce dossier. Cette cession de titres sur le marché permettrait de réduire l'endettement et donc de financer les investissements de recherche et d’éventuelles acquisitions. GDF Suez a en effet indiqué qu’il compte atteindre à terme des réserves prouvées et probables de 1,5 milliard de barils équivalent pétrole contre 763 millions de barils au 31 décembre 2009, dont 76 % en gaz naturel et 24 % en hydrocarbures liquides.

Moins connus que la division production d’électricité ou distribution de gaz, cette activité d’exploration-production pétrolière et gazière est stratégique pour GDF Suez. Elle lui permet de «diversifier et de sécuriser son accès aux ressources» mais aussi de «bénéficier d’une plus grande part de la valeur ajoutée de la chaîne gazière». Sa production annuelle de gaz naturel et d’hydrocarbures liquides a atteint 52,9 millions de barils équivalent pétrole. Dans ces activités, GDF Suez est présent dans quatorze pays, cinq en Europe (Royaume-Uni, Norvège, Pays-Bas, Allemagne et France), cinq en Afrique (Egypte, Libye, Algérie, Mauritanie et Côte d’Ivoire) et quatre dans le reste du monde (Azerbaïdjan, Qatar, Etats-Unis et Indonésie).

A lire aussi