Hochtief protège sa solvabilité avant sa prise de contrôle par ACS

le 30/12/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe allemand, qui a modifié certains contrats avec ses prêteurs, pourra continuer à bénéficier de lignes de crédit de 3,7 milliards d’euros

Possédant 29,4% des droits de vote de Hochtief quelques heures avant l’expiration de son offre d’échange de titres, l’espagnol ACS est déjà assuré atteindre les 30% du capital nécessaires pour prendre le contrôle de son concurrent allemand. Il avait en effet reçu la semaine dernière le soutien du fonds américain Southeastern Asset Management, actionnaire d’ACS et de Hochtief, qui possède 2,5% du capital du groupe de construction allemand.

Afin de minimiser l’impact financier de ce rachat hostile, Hochtief a donc modifié les clauses relatives au changement d'actionnariat majoritaire dans ses contrats avec ses créanciers. «Nous avons lancé lesdits accords barrières», a déclaré hier son directeur financier Burkhard Lohr dans un entretien au Börsenzeitung. «Ce sont des accords entre les créanciers et notre société, qui protègent la direction de l'obligation de signer des accords avec ACS qui pourraient nuire à la solvabilité de Hochtief», ajoute-t-il.

Le groupe allemand pourra ainsi continuer à avoir accès à des lignes de crédit totalisant 3,7 milliards d’euros qui seraient devenues caduques en cas de changement de contrôle si les clauses initiales avaient été maintenues. Burkhard Lohr a également affirmé que les prêteurs de Hochtief  «étaient satisfaits de sa structure financière», en partie grâce à la vente début décembre, par augmentation de capital, d’une participation de 9,1% au Qatar. Une décision interprétée comme une mesure de défense contre son assaillant.

La modification de ces clauses lui évitera également d’avoir à payer un dividende exceptionnel à ACS. Ce dernier a l’intention de porter sa participation dans Hochtief à 50% par des rachats ultérieurs d’actions sur le marché, la législation allemande le dispensant de déclarer ces mouvements dès l'instant que le seuil de 30% est franchi. Avec un endettement net de plus de 9 milliards d’euros contre moins de 450 millions d’euros pour sa cible, ACS compte tirer parti de la structure de bilan bien meilleure de Hochtief pour réduire sa dépendance au marché espagnol de la construction, en augmentant la part des contrats internationaux.

En attendant l’annonce officielle du résultat de l’offre prévue le 4 janvier, l’action ACS a terminé en progression de 1,5% à 35,6 euros, tandis que celle de Hochtief restait quasiment stable à 63,64 euros.

A lire aussi