Tunisie Telecom va tenter de rouvrir le marché des IPO en France

le 20/12/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’opérateur historique du pays veut placer 20 % de son capital à Paris et à Tunis. Sa valeur est estimée entre 3 et 4 milliard d’euros

Malgré un marché des IPO totalement fermé, Tunisie Telecom vient de lancer son projet d’introduction en Bourse, à Paris et à Tunis. L’opérateur historique tunisien, encore détenu à 65% par l’Etat, a déposé vendredi son dossier devant les autorités boursières des deux pays. En fonction des conditions de marché, l'arrivée sur Nyse Euronext pourrait avoir lieu vers la fin du premier trimestre 2011. Elle est dirigée par la Banque d’affaires de Tunisie et par Credit Suisse.

Annoncée depuis plusieurs mois, cette opération doit permettre aux principaux actionnaires de Tunisie Telecom de céder une partie de leurs positions alors qu’avec une trésorerie nette de 300 millions d’euros et une capacité d’autofinancement largement positive l’opérateur n’a pas besoin de fonds. Selon l’entreprise, ce bilan prédispose même «à d’importantes perspectives futures d’optimisation de levier financier». En 2009, l’opérateur a réalisé un chiffre d’affaires de 718 millions d’euros avec une marge d’Ebitda de 52,4%.

Le groupe ne communique aucun chiffre sur l’opération mais, dernièrement, le directeur général de la Bourse de Tunis a indiqué que le placement pourrait porter sur 20% du capital, équitablement répartis entre les deux premiers actionnaires. Aux côtés de l’Etat, le koweitien Emirates International Télécommunications (EIT) détient 35% du capital. En appliquant le multiple de Maroc Telecom, également coté à Paris et à Casablanca, soit 8,1 fois l’Ebitda 2009, l’opérateur tunisien est valorisé 3 milliards d’euros. En appliquant celui issu du rachat du marocain Meditel par France Télécom (11 fois), la valorisation ressort à 4,1 milliards. Une fourchette théorique inférieure au prix payé par EIT en 2006 pour entrer au capital. Le koweitien avait déboursé 1,57 milliard d’euros pour 35% du capital, montant qui avait découragé tous les autres candidats dont Vivendi.

Depuis, en plus de la baisse générale des valorisations, la concurrence s’est renforcée sur le marché tunisien. Encore plus depuis l’arrivée cette année d’Orange qui a obtenu la première licence de téléphonie mobile 3G avant même que Tunisie Telecom ne décroche la sienne en septembre. Avec Tunisiana (51,7% du marché), contre 43% pour Tunisie Telecom, le pays compte désormais trois opérateurs mobiles.

A lire aussi