Shell poursuit son programme de cessions d’actifs

le 09/11/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le pétrolier vend un tiers de sa participation dans l’australien Woodside, soit 10 % du capital, pour 2,4 milliards d’euros

Le pétrolier anglo-néerlandais Shell vient d’annoncer la vente de près d’un tiers de sa participation, via sa filiale australienne Shell Energy Holdings Australia, dans le producteur australien de gaz naturel liquéfié (GNL) Woodside Petroleum. Shell a cédé 78,3 millions d’actions, représentant 10% du capital, au prix unitaire de 42,23 dollars australiens, soit 3,3 milliards (2,4 milliards d’euros). Ce prix correspond à une décote de 7,7% par rapport au cours de vendredi, et de 3,1% sur le niveau moyen des trois derniers mois.

A l’issue de ce placement, réalisé hier par UBS, Shell détiendra encore 24,27% du producteur australien et s’engage à conserver sa participation pour un minimum d’une année, sous réserves de quelques exceptions. Notamment dans l’hypothèse d’une offre publique sur Woodside, ou d’une cession d’une part majeure de sa participation à une tierce partie stratégique.

Aussi, cette cession relance les rumeurs d’OPA sur Woodside, qui pourrait intéresser BHP Billiton depuis l’échec de sa reprise du canadien Potash. BHP avait déjà étudié une fusion avec Woodside en 2001. D’aucuns estiment que Shell pourrait vendre le solde à PetroChina, avec lequel il a fait une offre conjointe de plus de 3 milliards de dollars sur Australian Arrow Energy en mars dernier. Toutefois, «étant donné la nature stratégique de ces actifs, il semble probable que seule une autre société australienne serait autorisée à faire une offre de rachat», note Bernstein. «Tout acheteur potentiel devrait offrir au moins 50 dollars australiens par action», ajoute un analyste de Fat Prophet.

Shell avait essayé de prendre le contrôle de Woodside en 2000, mais avait dû renoncer en raison du veto du gouvernement australien. Le pétrolier anglo-néerlandais estime désormais cette partition non stratégique. «Nous concentrons nos investissements en Australie via des investissements directs dans des actifs et des coentreprises, plutôt que dans des participations indirectes», explique Peter Voser, directeur général de Shell. Le pétrolier compte dépenser jusqu’à 50 milliards de dollars en Australie sur les dix prochaines années dans le gaz à la place du pétrole.

Avec ce produit de 3,3 milliards de dollars, Shell se rapproche de son objectif de 7 à 8 milliards de dollars de cessions sur 2010 et 2011. Le mois dernier, le pétrolier avait annoncé la vente d’installations en Suède pour 640 millions de dollars.

A lire aussi