Hermès n'a pas besoin de pilule empoisonnée

le 09/11/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Photo: Antoniol/Bloomberg

A l'occasion de la publication d'un chiffre d'affaires trimestriel qui l'a conduit à relever à 15% sa prévision de croissance annuelle à changes constants, le groupe Hermès a fait savoir par la voix de son gérant Patrick Thomas qu'il n'avait pas besoin de pilule empoisonnée face à LVMH, même s'il a obtenu de son assemblée générale l'autorisation de pratiquer des opérations de défense. Patrick Thomas a fait valoir la solidité de l'actionnariat familial qui détient 73%. Il n'a en revanche pas donné d'indication sur les parades pouvant être mises en oeuvre. La famille pourrait-elle regrouper ses parts dans une holding non cotée? "Ce n'est pas à moi de répondre mais on ne peut pas empêcher la famille de réfléchir", a-t-il souligné. Quant aux rumeurs sur une montée de Richemont à près de 5%, Patrick Thomas a précisé qu'il n'y a avait pas de détention de Richemont il y a trois semaines. Et d'ajouter qu'il ne croyait guère à cette éventualité car selon lui, Richemont aurait dans ce cas une démarche amicale.

A lire aussi