Danone échange deux lignes obligataires en euros

le 09/11/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'opération cible les lignes mai 2015 et février 2014 et sera refinancée par une obligation de maturité plus longue d’au moins 500 millions d’euros

L’objectif est de «tirer profit des conditions de marchés actuelles favorables pour allonger et lisser le profil de dette de l’émetteur». Cette formule bien à la mode sur le marché obligataire a été reprise à son compte hier par Danone. Dans la foulée d’une multitude de groupes, le géant de l’agroalimentaire a dévoilé un programme d’échange de lignes.

Deux souches émises en 2008 sont visées: la mai 2015 (5,5%) avec un nominal résiduel de 675 millions d’euros (contre 1 milliard à l’origine) ainsi que la février 2014 (6,375%) qui conserve un nominal de 701,85 millions (sur 1 milliard). Selon le document diffusé hier, Danone indique que les montants acceptés sur la 2014 le seront à sa «seule discrétion». En revanche, il prendra «tout ou partie» des apports sur la 2015.

Concernant les modalités de reprise, Danone propose d’échanger chacune des lignes sur la base des mid-swaps équivalents moins 5 points de base (pb). Hier, la ligne 2014 traitait à un spread de +26,9 pb tandis que la 2015 évoluait à +29,4 pb.

En échange, Danone émettra une nouvelle obligation d’une maturité plus longue que celle des titres rachetés. Le groupe n’en dit pas plus mais les exemples récents ont montré que la situation actuelle du marché autorise à voir loin. Ce qui devrait permettre au groupe d’atténuer les deux pics que constituent les échéances de 2014 et 2015, tout en allongeant sa dette dont les échéances les plus lointaines sont à 2017 et dont la maturité moyenne avoisine les 3 ans. Au vu des prix de marché actuels, le groupe (noté A-) devrait au passage être en mesure d’abaisser ses coûts de financement. Selon Bloomberg, le coupon moyen pondéré de sa dette obligataire est de 4,85%.

Sachant que les taux de réponse peuvent parfois être mesurés (30% est un niveau souvent jugé convenable dans de telles opérations), le document précise par ailleurs que l’émetteur pourra augmenter le montant émis au-delà des montants rachetés. Ceci afin que l’émission atteigne au minimum 500 millions d’euros en nominal.

La maturité des nouveaux titres sera annoncée au plus tard le 16 novembre prochain, jour de la clôture de l’offre d’échange. Les modalités définitives devraient quant à elles être connues le lendemain entre 15 heures et 16 heures.

L’opération est conduite par BNP Paribas, Citigroup, HSBC, JPMorgan et SG CIB.

A lire aussi