Explosif

le 27/08/2015 L'AGEFI Hebdo

Areva serait prêt à accueillir des groupes chinois à son capital, ce qui permettrait d’alléger la facture de sa recapitalisation pour l’Etat français. Une fois encore, le déficit mène à l’inconséquence. Que l’on songe à la politique de protection des secteurs d’activité sensibles, aux précautions prises lors de l’entrée d’un fonds koweitien au capital de la société publique, en 2010, pour garder Areva sous contrôle de la puissance publique… les intentions présentes sont difficiles à comprendre. L’explosion récente dans le port de Tianjin qui abritait des produits toxiques en quantités jusqu’à trente fois supérieures au seuil légal devrait rappeler – s’il en était besoin après, par exemple, Fukushima – que la sécurité nucléaire ne tolère pas les manœuvres de court terme.

A lire aussi