Rencontre avec… Raphaël Goldstein, directeur France de l’Agence fédérale allemande pour la promotion de l'investissement et du commerce

« Développer une stratégie de long terme »

le 16/04/2015 L'AGEFI Hebdo

« Développer une stratégie de long terme »
(DR)

Comment se porte aujourd’hui l’investissement français en Allemagne ?

Les diverses sources dont nous disposons montrent que le nombre de projets a connu une vive progression (estimée à plus de 30 %) entre les années 2008 et 2011, puis une baisse (estimée à 17 %) entre 2011 et 2013. Mon sentiment est que nous avons assisté l’an passé à un regain d’intérêt, qui s’est accéléré ces derniers mois, pour ce qui est des projets que je suis amené à conseiller. La puissance industrielle allemande offre une solide base de clientèle, ainsi qu’une stabilité économique qui encourage à franchir le pas.

Quels sont les freins à cet engagement français outre-Rhin ?

Les obstacles sont souvent liés à une méconnaissance du marché, à une peur de la concurrence. Elle existe, certes, mais le marché allemand est colossal et pérenne. Dans 80 % des cas, le nécessaire investissement important vaut la peine. Cela si l’investisseur consent à développer une stratégie de long terme, sans chercher à réaliser un « coup » ponctuel qui, s’il échoue, le conduira à se retrancher. La culture d’affaires est en effet diamétralement opposée dans les deux pays : la vision pragmatique du côté allemand, conduisant à une approche pas à pas, s’accommode souvent mal de l’instinct créatif français impliquant le test d’un concept qui sera ensuite seulement adapté.

L’horizon est-il encourageant ?

Les investisseurs français ne sont pas seuls à lorgner le marché allemand. La concurrence est forte avec les américains, les japonais, les chinois, ou au sein de l’Europe avec les britanniques par exemple. Les sociétés françaises disposent pourtant d’atouts majeurs, notamment dans le contexte de « digitalisation » de l’industrie, où ils peuvent faire valoir leurs compétences sur des marchés de niche au sein des nouvelles technologies.

A lire aussi