Trésoriers trop efficaces

le 16/02/2012 L'AGEFI Hebdo

Les banques se voient décidément attribuer tous les rôles de fauteurs de troubles. Alors que les marchés obligataires semblent bien onéreux aux entreprises qui redoutent Bâle III et ses effets de credit crunch, les banques - pourquoi se gêner ? - sont là encore au banc des accusés. « Pendant longtemps, les banques ont prêté à des prix dopés sans prévenir les entreprises si bien que celles-ci tombent des nues devant les prix des obligations », déplore un trésorier. Doit-on plaindre les financiers d’entreprise de leur manque d’anticipation après que leur sport national a été depuis des décennies de soutirer aux banques des marges de crédit toujours plus basses, au point d’ailleurs d’atteindre des records européens ? Mais plutôt que reconnaître leur excessive âpreté au gain, les trésoriers préfèrent blâmer les banques. Vont-ils réclamer une double tarification, avec et sans dopage, puis se plaindre de grilles de prix trop complexes ?

A lire aussi