Les Suisses veulent contrôler les rémunérations des chefs d'entreprise

le 07/03/2013 L'AGEFI Hebdo

Anti-abus. Lors d'une votation organisée le 3 mars, 67,9 % des Suisses ont approuvé la mise en place d'un système de contrôle des rémunérations des dirigeants d'entreprise en accordant aux actionnaires un droit de veto sur le montant des salaires et en interdisant les primes d'entrée et les indemnités de départ dans les sociétés cotées en Bourse. L'émoi suscité par le parachute doré de 72 millions de francs suisses que s'était octroyé (avant d'y renoncer) le patron de Novartis, Daniel Vasella, a accru l'exaspération de la population. Il reste au gouvernement de Berne à transcrire le résultat du référendum dans les textes. En France, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a qualifié la votation suisse « d'excellente expérience démocratique ». « Les Suisses nous ont montré la voie et, personnellement, je pense qu'il faut s'en inspirer », a-t-il indiqué.

A lire aussi