Rémy Cointreau cale son système de trésorerie sur ses ambitions

le 13/01/2011 L'AGEFI Hebdo

La solution d’IT2 lui permet de gérer sa liquidité au plus près tout en gardant un large pool bancaire et en simplifiant les échanges avec les systèmes périphériques.

La gestion de trésorerie chez Rémy Cointreau s’aligne sur les ambitions stratégiques du groupe. Le producteur et distributeur de cognacs, liqueurs et spiritueux (808 millions d’euros de chiffre d’affaires pour le dernier exercice bouclé fin mars 2010) vient en effet de modifier le suivi de son « cash », suite à la nouvelle structure commerciale lancée il y a deux ans. En avril 2009, le groupe familial a en effet déployé son réseau commercial mondial, reprenant ainsi le contrôle de 80 % de ses ventes et initiant sa présence dans de nouveaux territoires, l’Inde et le Brésil. « Le groupe a alors décidé de distribuer ses produits via son propre réseau de filiales en Europe et en Asie (un réseau existait déjà aux Etats-Unis), plutôt que via des ‘joint-ventures’, indique Luc Vlaminck, trésorier groupe de Rémy Cointreau. D’où le besoin d’une solution de trésorerie adaptée pour la gestion de flux bien plus importants, émanant d’une quarantaine de filiales désormais et non plus de quelques partenaires de ‘joint venture’. »

Une gestion largement intégrée

A l’issue d’un appel d’offres, le choix du groupe s’est porté sur la solution d’IT2, bien adaptée à l’organisation nouvelle de la liquidité, avec une trésorerie centrale regroupant l’essentiel des tâches et les filiales à l’étranger dévolues à l’activité commerciale. « La solution IT2 se veut en particulier adaptée aux besoins des groupes à dimension internationale, les principales fonctions de gestion du cash, de la couverture et des risques étant logées dans la trésorerie centrale tandis que le déploiement du module web dans les filiales correspond très souvent à des fonctions plus légères, de demandes de financement auprès de la centrale de trésorerie ou encore de remontées de prévisions auprès d’elle », expose Quentin Heslouin, country manager chez IT2.

La centrale de trésorerie de Rémy Cointreau prend ainsi en charge la gestion des comptes bancaires et du cash management, c’est-à-dire la centralisation des soldes de comptes bancaires en jour J pour l’euro et en J+2 pour les autres devises. Les responsables disposent en même temps d’une vision exhaustive des risques, grâce à un état des lieux détaillé et journalier des positions des filiales, en dette, excédent de trésorerie ou encore en change. Un risque particulièrement important pour un groupe dont les coûts - liés à la production d’alcools comme le Cognac, le champagne… - s’expriment en euros tandis que 70 % des ventes ont lieu hors de la zone de la monnaie unique.

Autre raison du choix en faveur du système IT2, celui-ci permet une gestion de la trésorerie qui est largement intégrée. La solution va en effet au-delà de la gestion des soldes de comptes pour prendre également en charge la réception d’extraits de comptes et la communication bancaire dans son ensemble, qu’elle passe par Ebics ou Swift. « Nous évitons ainsi à nos clients de travailler à l’intégration de la trésorerie avec la communication bancaire, s’agissant d’un sujet essentiellement technique qui n’entre pas dans la mission principale du trésorier », explique Quentin Heslouin. En l’occurrence, Rémy Cointreau vient d’opter pour le système Swift, utilisé par la majeure partie des banques dans le monde : de quoi gérer par lui-même ses flux de cash d’une banque à l’autre, en toute indépendance, tout en conservant un large pool de banques à l’international, nécessaire à son activité. « La mise en œuvre de l’outil a coïncidé avec la nécessité de rénover le nôtre, outre l’obligation d’intégrer les changements nés du remplacement d’Etebac », rappelle Luc Vlaminck. De même, il accepte les nouveaux paiements Sepa et s’intègre de façon générale aux fonctions administratives. « L’outil facilite les échanges d’informations entre la trésorerie, l’ERP et la comptabilité en assurant entre autres la préparation des écritures comptables et l’intégration des prévisions et extournes », précise Quentin Heslouin. Bientôt, Rémy Cointreau ajoutera à son système la gestion des signatures et validations en interne.

Mais autant que par ses potentialités, un système d’information vaut par son appropriation par les équipes opérationnelles. Pour faciliter celle-ci, IT2 a la particularité d’incorporer à chaque système d’information les règles de gestion en vigueur au sein de l’entreprise cliente, ainsi que les rôles et prérogatives de chaque utilisateur. « L’adoption du nouveau système par l’équipe de trésorerie a été facilitée par l’utilisation des cartes de process, une modélisation graphique des processus effectuée par IT2 et centrée sur une approche métier », confie Luc Vlaminck (voir le graphique pour un exemple de carte de process). La mise en place d’un tel système sur mesure a requis un chantier de six mois au total.

A lire aussi