Le Printemps renforce ses processus de trésorerie à l’occasion du Sepa

le 14/06/2012 L'AGEFI Hebdo

L’entreprise, qui a aussi remplacé Etebac, a étendu les automatismes de ses échanges avec les banques ainsi que leur sécurité.

Le paiement Sepa. Photo: PHB/agefi

Le Printemps a vu les choses en grand pour mener les chantiers qui viennent de s’imposer aux trésoreries. En effet, celles-ci devaient à la fois modifier leur communication bancaire avant ce mois-ci et s’atteler, d’ici à fin 2013, à l’adoption des paiements européens, dans le cadre du Sepa (Single Euro Payments Area). Le Printemps a choisi de mener ces adaptations dans le cadre d’un projet global, dans le but d’améliorer les automatismes de la comptabilité et d’allonger ses prévisions de trésorerie. « Nous avons entrepris de mener de front le changement de notre solution de communication bancaire et l’adoption des normes liées au Sepa, relate Lionel Jouve, responsable trésorerie et financement du Printemps. A partir du moment où nous avons disposé des dates butoirs pour le passage au Sepa et l’arrêt d’Etebac, notre réflexion s’est accélérée et elle s’est étendue à notre logiciel de trésorerie que nous avons changé également. »

Communication bancaire

Long de quelque dix-huit mois, le chantier a commencé par traiter le sujet névralgique de la communication bancaire, concernant outre la position bancaire journalière, la comptabilité et la consolidation. Pour remplacer Etebac 3, la société a choisi la messagerie Ebics. « Notre groupe ayant principalement à traiter des flux de paiement en France avec des contreparties bancaires nationales, le recours à la messagerie Swift n’était pas nécessaire et aurait inutilement renchéri les coûts », explique Lionel Jouve. La solution était facile à adopter, présentant de fortes similitudes avec Etebac, et elle semblait d’autant plus fiable qu’elle était déjà utilisée en Allemagne. Le groupe a choisi la version Ebics TS, assortie d’une signature électronique, sécurisant ainsi sa communication bancaire. « Cet outil accompagne le développement de la mobilité, les responsables utilisant de plus en plus les portails internet des solutions SaaS (‘Software as a Service’) et les ‘smartphones’ pour leurs opérations de validation des paiements », ajoute José Teixeira, chef de marché moyennes et grandes entreprises chez Sage.

Les virements Sepa, principale opération de paiement pratiquée par l’entreprise, doivent aussi améliorer la communication bancaire. Les formats XML du Sepa sont en effet enrichis, plus ouverts et plus malléables. Toutefois, le constat sur l’harmonisation des paiements débouche plutôt sur une déception. « Il semble qu’il existe autant de versions d’XML qu’il y a de grands groupes, les particularismes nationaux sont reproduits, déplore Lionel Jouve. A l’heure actuelle, la communauté des trésoriers travaille avec trois versions majeures d’XML et comme toutes les banques ne supportent pas les messages de toutes les versions, nous avons besoin des services de nos éditeurs pour adapter les messages générés par nos ERP (progiciels, NDLR) comptables et fournisseurs aux versions demandées. »

Il est vrai que le Printemps s’était assigné de fortes exigences en termes d’optimisation de ses opérations de trésorerie. Ainsi, les nouveaux formats doivent permettre à terme d’améliorer le travail des équipes comptables qui sont en train de se doter d’une structure EDI pour recevoir les factures dématérialisées. « Restera ensuite à véhiculer une information pertinente, et ainsi profiter des possibilités d’enrichissement des messages que permet le Sepa, anticipe Lionel Jouve. L’EDI va nous permettre de proposer plus d’informations à nos partenaires mais il faut au préalable s’entendre sur les nomenclatures et la restitution des informations. »

De même, l’utilisation optimale du nouveau logiciel de trésorerie a été privilégiée. « J’ai rejoint le club créé par Sage pour les utilisateurs de la solution de trésorerie que nous avons adoptée, indique Lionel Jouve. L’investissement de temps que cela suppose est tout à fait utile pour optimiser l’utilisation de l’outil. Le logiciel présente une forte valeur ajoutée si les équipes l’utilisent dans tout son potentiel, et s’agissant d’un point de consensus parmi les confrères trésoriers utilisateurs, Sage va sans doute prévoir une offre de formation à cet égard. »

Pour mener de front l’ensemble des chantiers, le groupe a choisi d’externaliser les questions techniques et de gestion du réseau auprès de son prestataire. « Le mode ASP/SaaS est particulièrement indiqué dans le cas d’une entreprise qui, comme le Printemps, doit gérer plusieurs évolutions de son système d’information », rappelle José Teixeira. De quoi sécuriser un déploiement plus rapide, sans requérir de ressources en interne.

A lire aussi